Vous êtes ici : Accueil > Textes > Quand la sentence n’est pas une évidence ...
Par : Pat CHN
Publié : 19 janvier

Quand la sentence n’est pas une évidence ...

Bibi bouledogue français a le dos rond, il bouge à peine et semble souffrir beaucoup. Véto en urgence et ...

J’aimerais ne plus JAMAIS entendre cela dans une même consultation : "votre bouledogue a mal au dos, c’est surement une hernie, il va falloir passer un scanner, opérer une fois, peut être deux parce que cela récidive souvent et peut être même l’euthanasier ... Dis comme cela par une "consœur" à des gens dont le bouledogue faisait la première fois de sa vie une crise si classique dans cette race ... c’est le parapluie ouvert au maximum pour la véto et en face angoisse assurée, pleurs de la propriétaire... Pour finir prescription d’AINS qui ne servent à rien d’après mon expérience dans ce cas là ...

Bref la totale, une médecine qui prend le pouvoir et accuse sans rien connaître.

Alors je l’ai écrit mille fois, mais, je le redis là. Oui, dans la sélection génétique des bouledogues il y a beaucoup à dire. Mais seulement davantage que chez les autres chiens qui ont le même problème de façon moindre. Ce qu’ont ces bouledogues avec "hernie discale", c’est en très fort le syndrome de domestication décrit par Darwin. Une des composantes de ce syndrome est un mauvais réglage de la tension de la moelle épinière (FTM) qui peut rester trop forte. C’est douloureux, invalidant, mais on peut à chaque fois y faire quelque chose.

En attendant qu’un chirurgien ne se jette à extrapoler sur le chien l’opération que Royo Salvador pratique sur les humains (cf institut Chiari Barcelone) nous avons les paluches de certains ostéopathes qui savent gérer le seul et unique problème : la tension physique de la moelle épinière trop élevée (FTM+++). Et les résultats sont très régulièrement excellents, même s’ils peinent un peu à s’installer parfois.

Et dans le cas de Bibi, c’est assez simple, tension de base forte comme chez tous les BF, les maîtres sont partis exceptionnellement sans lui ce week end là : gros stress qui rajoute la couche de trop sur une tension de moelle déjà élevée. Rien à voir avec une hernie qui est la conséquence possible de cette tension. La tension trop élevée de la moelle est la cause de la douleur et non la hernie cervicale directement (qui n’est pas toujours là).

Alors de grâce action : réduire la FTM manuellement, plusieurs fois si besoin. Prescription de corticoïdes si crise aiguë, pour le coup ils ont une efficacité spécifique sur cette tension. Silicea ou Gelsemium en homéopathie sont des remèdes de choix. Et il convient de retarder au maximum une opération qui ne résout que les conséquences et à ne réaliser que si l’ostéopathie de la FTM n’y arrive pas. Et évidemment l’euthanasie n’a pas sa place.

Ne pas faire cela, c’est appelé une perte de chance ... Je sais bien que ce texte risque de faire grincer des dents, mais c’est mon expérience depuis 15 ans et l’expérience maintenant de nombreux ostéopathes et je suis à prêt à expliquer d’avantage ce syndrome si les conditions s’y prêtent. Confers le livre "le corps tenségritif"

Addenda :

Sur facebook, il y a eu beaucoup de partages de ce post et beaucoup de commentaires dont certains montrent que je n’ai pas forcément été compris dans l’objet de ce texte :
- Je me suis d’abord insurgé contre un catastrophisme que j’entends trop souvent et qui n’a pas lieu d’être. Informer de manière juste ne veut pas dire ouvrir le parapluie et égrener une litanie des pires horreurs qui puissent arriver. Et c’est une tendance lourde du corps médical que j’observe, quand il conviendrait de toujours mettre une bonne dose d’espoir et de parole rassurante ...
- Ensuite, j’aimerais que la notion de force de traction médullaire soit mise en avant car elle permet à un ostéopathe qui le pratique de bien gérer ces chiens. Vétérinaires et ostéopathes devraient apprendre, comprendre et tester cette méthode avant d’utiliser des méthodes plus invasives.
- Enfin, je n’ai jamais dit que c’était la solution efficace à 100%. J’ai dit qu’elle marchait globalement bien si on arrivait à la mettre en œuvre comme il faut. Et que bien sûr comme toute méthode, elle a ses insuffisances. J’estime que si les conditions sont bonnes j’arrive à un super résultat dans 90% des cas. Et pour être honnête, dans le cas de Bibi, les propriétaires étant à 2 heures de route et très inquiets, je n’ai pas pu faire comme j’aurais voulu, il restera donc un semi-échec.
- Et je confirme bien, contrairement à des commentaires vétérinaires, que ce sont les corticoïdes qui fonctionnent le mieux dans ces cas là et tout acte ou médicament qui enlèvera du stress au chien et aux propriétaires. La tension de la moelle est hypersensible au stress.