Vous êtes ici : Accueil > Généralités
Publié : 13 septembre 2014

Ostéo4pattes,

http://www.revue.osteo4pattes.fr

Revue d’ostéopathie comparée, rassemblements d’ostéopathes, édition de contenu sur l’ostéopathie, rencontres annuelles d’ostéopathie.

  • L'ostéopathie aujourd'hui : entre Tradition et Sciences

    24 septembre, par Philippe Prat — K Cliniques
    À l'occasion du 2e Symposium d'Ostéopathie de Bordeaux et de la publication de l'étude LC ostéo (Nguyen C et al, JAMA intern Med, 2021)j'ai pu échanger avec M Zegarra-Parodi sur sa vision de l'ostéopathie aujourd'hui, fort de sa triple culture ostéopathique, pour avoir travaillé dans l'un des temples de la recherche à Kirksville (USA) où les ostéopathes sont aussi médecins, être issu d'une école de GB, pays dans lequel les ostéopathes font partie d'une profession de santé et actuellement en France où l'ostéopathie est reconnue et où l'ostéopathe possède un titre professionnel. À cette occasion il nous a livré un certain nombre de réflexions sur l'intérêt pour l'ostéopathie de s'orienter vers la recherche scientifique et propose d'aller vers un modèle qu'il nomme « Body-Mind-Spirit » (Zegarra et al, 2019) ; plus récemment, une recherche permettant d'en tracer les contours et de donner de nouvelles perspectives est parue (Zegarra et al, 2021). Mon intérêt était double puisque je suis moi-même D.O (QC) issu du Collège Ostéopathique de Montréal depuis 2008 et D.O (FR) de l'Institut de Rennes depuis juillet 2018, actuellement inscrit à l'ARS de Nouvelle Aquitaine et que je participais à un blog. Ce fut donc l'occasion d'écrire un premier article paru, sur le blog « seniors reporters » de la ville de Bordeaux le 4 mai 2021, sous le titre : « Une pratique thérapeutique reconnue en pleine évolution » et c'est l'occasion aujourd'hui, de vous présenter cet échange mettant en valeur les idées portées par M Zegarra-Parodi, ses collègues ostéopathes et chercheurs. Issue de principes modélisés pour être plus facilement transmissibles au siècle dernier, cette pratique thérapeutique plébiscitée par la population, définie par des textes, s'ouvre à l'approche scientifique et tente de changer sa problématique de recherche pour s'adapter au mieux à ce qui est aujourd'hui au cœur de sa prise en charge thérapeutique : le patient. La prise en charge ostéopathique évolue (conférence donnée par M Zeggara-Parodi, le 10 avril 2021 au Collège Ostéopathique de Bordeaux « Une approche biopsychosociale des douleurs musculosquelettiques » ; Webinaire « LC ostéo » le 15 avril 2021) Il est toujours intéressant de savoir à quel modèle on se réfère quand on parle d'ostéopathie. C'est en 1922 quelque temps après la mort de Still que les premières déclarations de principes sont posés pour l'académisme dans l'optique d'une transmission(structure et fonction sont interreliées, un environnement normal est essentiel, à des degrés divers, pour que fonction et structure soient normales), puis une première révision est faite en 1953, on s'intéresse alors au corps et à la dysfonction somatique. Enfin en 2002, une autre mise à jour est faite (Evans, 2013 cité par Zeggara-Parodi). M Zegarra-Parodi nous indique : « l'objet de la prise en charge, c'est le patient, la personne qui est composé entre le Body, le Mind et le Spirit. » « Le processus de prise en charge de l'ostéopathie est en pleine évolution et des résultats cliniques comme LC ostéo doivent inciter les professionnels à réfléchir aux meilleurs choix possibles pour décrire les compétences professionnelles que les patients viennent chercher chez les ostéopathes ». Tout ceci est très bien décrit dans la compétence 5 des décrets actuels. Considérant la grande évolution du contexte connu dans le Missouri au XIXe siècle, sans la science, où l'on transmettait des savoir-faire de maître à élève en utilisant des métaphores, ce qui a permis de conserver des savoir-faire et d'en arriver où nous en sommes, et la réalité d'aujourd'hui où la science existe, si on la comprend, si on la maitrise. Alors on est capable de défendre nos propres spécificités. Quand on propose des formations qui sont BAC+5 et qui ont une première intention, Il y a une obligation de prendre en compte les données de la science pour informer la pratique des ostéopathes. L'idée n'est pas de faire de la science pour faire de la science, mais de proposer les meilleurs soins possibles pour nos patients. Notre problème actuel est de trouver le meilleur contenu pour la formation académique et les étudiants devraient avoir un niveau d'analyse critique élevé. Clarifier nos compétences pour échanger Dans les décrets français n°2014 /11 du 15 décembre 2014, P57 les recommandations pédagogiques indiquent : « les principes et fondements de l'ostéopathie seront abordés avec une lecture critique au regard des sciences et doivent être actualisés » ce qui fait dire à M Zegarra-Parodi, et à beaucoup d'ostéopathes aujourd'hui, si nous souhaitons nous inscrire durablement dans le paysage des professionnels de la santé publique, nous devons expliquer ce que l'on fait, utiliser un langage spécifique scientifique, clarifier nos compétences en revisitant les principes ostéopathiques à la lumière des neurosciences, en s'appuyant sur de nouveaux modèles qui permettent de redonner du sens et des outils de compréhension. Le modèle Cynefin (cité par Zegarra, et al, 2021) permet à ce titre d'interroger notre pratique et de l'envisager, soit sous une forme analytique, plus occidentale, soit sous une forme plus intuitive et traditionnelle. Nous y reviendrons plus en détail dans cet article. Poursuivre les recherches scientifiques pour expliquer l'ostéopathie - Études basées sur les principes de 1953 Un certain nombre d'études scientifiques sont menées depuis quelques années en ostéopathie. Considérant que la communauté scientifique ne valide qu'un certain type d'étude basée sur les preuves en termes de comparaison de groupes traités ou placébo, à l'aveugle, M Zegarra-Parodi et l'équipe qui a travaillé avec lui sur LC ostéo a proposé une intervention de ce type sachant que l'ostéopathie fait partie des interventions non pharmacologiques, complexes et qu'une méthodologie particulière a dû être mise en place. Si les résultats furent significatifs en terme statistiques pour chacun des groupes, ils n'ont pas montré « une magnitude pertinente » sur le plan clinique en faveur de l'ostéopathie. Par contre, il semblerait d'après les résultats que certains phénotypes de patients répondent de façon très sensible aux traitements manuels ce qui semble intéressant pour les recherches à venir, en considérant qu'il faudra caractériser ce type de patients. Ces principes de 1953, centrés sur le corps (disant que le corps est une unité, qu'il présente des mécanismes d'autorégulation où la structure et la fonction sont réciproquement interreliés et dont une thérapie cohérente prendra en compte ces différents éléments) présente des limites. Si on regarde les résultats donnés à l'époque, par Licciardone, 2003, cité par Zegarra-Parodi ce sont les mêmes que LC Ostéo. Il n'y a pas de différence entre le traitement manipulatif ostéopathique et le placébo ; On indiquait à l'époque que des effets placébo pouvaient expliquer les résultats. Suite à cette étude de 2003, et d'autres, cela a permis à Licciardone de publier une métanalyse reprise dans les « guidelines » américains disant que le traitement ostéopathique manipulatif faisait partie des recommandations pour les patients souffrant de lombalgies chroniques. Une autre métanalyse publié l'année dernière montre que les patients ne perçoivent pas de différence entre une vraie manipulation et un placébo de manipulation. On peut soupçonner donc que les résultats de LC Ostéo de 2021 qui arrivent à la même conclusion 18 ans après, montrent que si la prise en charge ostéopathique présente un intérêt pour les patients, ceci n'est pas dû exclusivement aux effets de la thérapeutique manuelle. Relevons que dans les « guidelines » publiés en Angleterre le 7 avril 2021 pour la prise en charge de patients souffrant de douleurs chroniques, la thérapie manuelle a été exclue des recommandations de bonne pratique considérant le manque de preuves scientifiques. - Des principes de 1953 aux principes de 2002 (webinaire LC ostéo, du 15 avril 2021). Une étude récente (Paul VAUCHER chercheur Suisse cité par Zegarra-Parodi) permet de quantifier les différents modèles, de les décrire en fonction du niveau de preuve scientifique. Pour décrire ce que viennent chercher les patients, chaque ostéopathe a le choix de décrire ses compétences, en conscience, en fonction des modèles scientifiques disponibles sachant que certains sont contredits par la science et d'autres sont plus appropriés. Il y a donc le choix entre plusieurs options. Tout en bas du niveau de preuve, il y a le modèle crânien de Magoun par exemple. Comme il est spécifié dans les décrets d'applications français de 2014, les principes ostéopathiques doivent être réactualisés en fonction des données de la science. Il y a actuellement des choix possibles de descriptions beaucoup plus en rapport avec la science et fidèles aux principes ostéopathiques de 2002 centrés sur la personne et non plus le modèle de la dysfonction somatique, centré sur le corps. Si les ostéopathes ne sont pas des médecins, les principes qu'ils utilisent sont à la frontière de la médecine allopathique et de la médecine traditionnelle des premières nations et des pratiques de soins shamaniques (Zeggara-Parodi et al, 2019). C'est un mélange entre la médecine occidentale et la médecine traditionnelle. Aujourd'hui certains concepts de neuroscience sont capables d'expliquer ces principes de médecine traditionnelle et sont plus adéquats pour expliquer ce qu'on fait en ostéopathie contrairement aux modèles de 1953 qui n'ont pas de support scientifique. Cette vision peut aider à comprendre pourquoi il y a autant de manière de pratiquer l'ostéopathie, mais aussi à parler à plus de gens et surtout à mieux comprendre les patients, leurs croyances socio-culturelles sur la santé ; comment ils interprètent leurs symptômes, leur maladie. - Primauté des effets manipulatifs ou contextuels (webinaire LC ostéo du 15 avril 2021) Il est intéressant de noter qu'au niveau des manipulations, quel que soit le professionnel qui les applique, il y a des effets spécifiques et des effets contextuels. « On a appris que le plus important était de rechercher les dysfonctions somatiques, d'avoir la technique le plus approprié et qu'ensuite le corps allait s'autoguérir, en fait c'est l'inverse. A regarder cette revue systématique de Menke,2014 cité par Zegarra-Parodi, 80% des variations des douleurs aiguës est dû aux effets contextuels, donc seuls 20% de l'amélioration qui est perçue par les patients est attribuée spécifiquement à la manipulation. Les 2 tiers des améliorations des douleurs des patients qui ont des lombalgies chroniques sont liées à des effets contextuels ». - Prédominance de l'effet contextuel (webinaire LC ostéo du 15 avril 2021) « Dans le résultat clinique final de ce qui est perçu par le patient, il y a un certain nombre de facteurs qui entrent en compte. On a enseigné que c'était la partie manuelle la plus importante, et le reste on n'y prêtait pas beaucoup d'attention. On sait que l'environnement clinique a un impact (habits, façon dont le praticien parle, se présente par rapport aux patients…) et va jouer dans un sens ou dans l'autre ». « Cette relation patient/praticien est importante. On va voir ses effets psycho sociaux qui peuvent soit majorer ou diminuer la perception de la douleur et enfin les caractéristiques des patients, comme on a pu le voir dans LC ostéo . Sans qu'on sache précisément le comprendre, on sait que certains répondent très bien quelle que soit la forme de technique et d'autres pas du tout aux thérapies manuelles. Le but des études de phénotypage est donc d'identifier quels sont les critères cliniques des personnes susceptibles, a priori, de répondre le plus favorablement à une prise en charge ostéopathique ». « Une autre façon d'aborder les approches centrées sur la personne, c'est de repartir des patients. Savoir comment les patients perçoivent leur prise en charge ostéopathique. Ce fut fait par une étude qualitative en Italie publiée en 2020 (Consorti et al, cité par Zegarra-Parodi). Les patients viennent parce qu'ils ont une douleur en particulier et ils trouvent chez les ostéopathes des choses qu'on ne trouve pas ailleurs (temps passé, zones traitées pas obligatoirement en rapport avec la douleur, narration différente que celle du corps médical...etc.), on accompagne et on aide les patients à percevoir et interpréter les symptômes physiques de leur corps différemment. Ceci est évolutif, lié au plan de consultation, au toucher et à la narration spécifique. La spécificité de la thérapie manuelle en ostéopathie, ce n'est pas l'ingrédient principal qui va générer les effets positifs. Il y a besoin de toucher les patients mais il y a besoin également de prendre les effets contextuels pour potentialiser les effets perçus par le patient. Ce sont des neurosciences appliquées. « Plus on va comprendre comment fonctionne un cerveau humain, plus on va comprendre comment on peut moduler la perception de son environnement, comment on va pouvoir moduler la perception de son corps, aider les patients avec cette réassurance, avec ce discours, avec cette une narration différente, et l'accompagner avec des thérapies manuelles ». - La prise en charge des patients en fonction du modèle d'approche (webinaire LC ostéo du 15 avril 2021) Les patients ont différentes conceptions sur leur prise en charge. Il y en a qui ont besoin d'avoir moins de douleurs, d'autres ont besoin d'un accompagnement plus spécifique, d'autres ont besoin d'être rassurés et c'est également la raison pour laquelle il y a autant de différence dans la façon de percevoir la profession par les ostéopathes eux-mêmes. Beaucoup d'ostéopathes ne se sont pas retrouvés dans le traitement « standard » proposé dans LC ostéo car ils travaillent déjà différemment. Une étude d'Oliver Thomson et al, 2014, reprise et synthétisée par Zegarra-Parodi, 2021 expose les conceptions différentes que les ostéopathes ont de leur pratique professionnelle. *Beaucoup d'ostéopathes ont cette approche centrée sur le travail du praticien et le corps du patient. « Le technicien recherche les dysfonctions somatiques, va les manipuler et le niveau d'engagement du patient est assez bas. Il y a des patients qui viennent chercher ceci ». *Il y a une autre approche plus collaborative, responsabilisante où l'ostéopathe va partager et guider la prise en charge avec le patient. *La dernière permet de donner des outils au patients pour les rendre plus autonomes, prendre du temps par rapport à des croyances erronées sur leur perception de la douleur tout ce que l'on fait implicitement, sans le savoir, mais là on sait que c'est l'ingrédient le plus actif qui contribue dans l'amélioration des symptômes en plus des manipulations ostéopathiques. D'après la position des principes ostéo de 1953 basés sur le corps, l'ostéopathe est un technicien à qui on enseigne de chercher les dysfonctions somatiques et à les traiter. Les manipulations sont effectuées sur les facteurs tissulaires : les articulations, les muscles ; c'est faciliter le mouvement, obtenir un relâchement musculaire, drainage local, régional …etc. Un autre niveau d'action des techniques manuelles c'est au niveau neurologique, c'est de moduler la perception de la douleur ; Si on se focalise simplement sur cet aspect centré sur le corps, la dysfonction somatique, les patients ne vont pas percevoir de différence entre ce qu'on pense nous ostéopathe être une vraie technique et ce qu'on pense nous être un placébo. L'effet maximal principal est peut-être atteint dès qu'on touche un patient. Ce modèle ne suffit plus à expliquer ce que l'on fait. À suivre...
  • Interview - Sibylle Colombié & Marc Spaak

    24 septembre, par Ostéo4pattes-SDO — Au présent...
    Vous trouverez ci-dessous, l'interview de Marc Spaak, étudiant en ostéopathie humaine, membre de l'association Fédosoli et OSD, ainsi que de Sibylle Colombié, membre de l'association UFEOA et plus particulièrement de son Pôle Solidaire. Ils ont tout les deux fait une intervention lors des XVIe Rencontres d'Ostéopathie Comparée pour nous parler de l'ostéopathie solidaire ! Cette interview a été réalisée par des bénévoles lors des XVIe Rencontres d'Ostéopathie Comparée Bon visionnage. Afin de venir aux prochaines Rencontre d'Ostéopathie Comparée, rendez vous sur ce lien : XVIIèmes Rencontres d'ostéopathie comparée - JUIN 2022
  • Olivier Véran délivre un agrément provisoire à 9 écoles d'ostéopathie

    22 septembre, par Jean Louis Boutin — Agrément des écoles en ostéopathie
    Communiqué de presse (22/09/2021) M. Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé délivre un agrément provisoire aux 9 écoles pour lesquelles l'agrément n'avait pas initialement été renouvelé, et rétablit le capacitaire initial aux autres écoles pour permettre une rentrée dans de bonnes conditions. Le ministre des Solidarités et de la Santé délivre les agréments habilités à dispenser la formation et la diplomation d'ostéopathe après avis de la commission consultative nationale d'agrément (CCNA). Cette commission est composée de 8 représentants des professionnels ostéopathes, de 4 personnes représentant les ministères chargés de la Santé, de l'Enseignement supérieur, et d'une agence régionale de santé. Le 22 juillet 2021, le ministère a pris la décision de renouveler l'agrément de 22 écoles d'ostéopathie et de ne pas renouveler l'agrément de 9 écoles entraînant une diminution du nombre d'ostéopathes en formation de plus de 20%. Malgré une mobilisation de l'ensemble des acteurs pour augmenter le nombre d'ostéopathes des écoles agréées et un accompagnement des étudiants ne pouvant poursuivre leur formation dans les écoles n'étant plus agréées, les conditions n'apparaissent pas aujourd'hui réunies pour réussir la rentrée dans de bonnes conditions. Ainsi le ministre des Solidarités et de la Santé a pris la décision de délivrer un agrément provisoire pour les 9 écoles concernées et de rétablir l'intégralité du capacitaire d'accueil permettant à l'année scolaire 2021/2022 de se dérouler dans les meilleures conditions possibles. Les écoles qui disposeront d'un agrément provisoire seront tenues de mettre en place les actions correctrices et de converger vers les meilleures pratiques dans les meilleurs délais. Par ailleurs une mission de l'inspection générale des affaires sociales sera lancée dans les plus brefs délais afin d'étudier le cadre règlementaire de ces écoles, les conditions de délivrance des agréments, l'exercice professionnel ainsi que la cible démographique de ces professionnels. Le ministère des Solidarités et de la Santé est pleinement mobilisé pour garantir la qualité et la sécurité des formations ainsi que l'accompagnement des étudiants dans les meilleures conditions possibles. Voir en ligne : Olivier Véran délivre un agrément provisoire à 9 écoles d'ostéopathie Réaction du SFDO : https://www.ouest-france.fr/sante/les-neuf-ecoles-d-osteo-fermees-vont-pouvoir-rouvrir-le-syndicat-est-furieux-f9b0e718-1b88-11ec-a1f3-6a565d37dc23 Réaction de la Fédéo : https://www.facebook.com/589122097795274/posts/6357107474330012/
  • Agrément provisoire Atman

    22 septembre, par Jean Louis Boutin — Agrément des écoles en ostéopathie
    Décision n°2021-32 du 20 septembre 2021 portant agrément provisoire de l'établissement de formation ATMAN pour dispenser une formation en ostéopathie NOR : SSAH2128351S Le ministre des solidarités et de la santé, Vu la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 modifiée relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, et notamment son article 75 ; Vu le décret n° 2007-435 du 25 mars 2007 modifié relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie ; Vu le décret n° 2014-1043 du 12 septembre 2014 modifié relatif à l'agrément des établissements de formation en ostéopathie ; Vu le décret n° 2014-1505 du 12 décembre 2014 relatif à la formation en ostéopathie ; Vu le décret n° 2018-90 du 13 février 2018 modifié relatif à l'agrément des établissements de formation en chiropraxie et en ostéopathie, notamment ses articles 25 à 27 ; Vu l'arrêté du 29 septembre 2014 relatif à l'agrément des établissements de formation en ostéopathie ; Vu l'arrêté du 12 décembre 2014 relatif à la formation en ostéopathie ; Vu l'arrêté du 12 décembre 2014 relatif aux dispenses d'enseignement susceptibles d'être accordées en vue de la préparation au diplôme permettant d'user du titre d'ostéopathe ; Vu l'arrêté du 1er juin 2021 portant nomination des membres de la Commission consultative nationale d'agrément des établissements de formation en chiropraxie et en ostéopathie ; Vu l'avis de la Commission consultative nationale d'agrément des établissements - formation en ostéopathie des 18juin et 13 juillet 2021 ; Vu les décisions DGOS/RH-/GT/D-21-003511 du 22 juillet 2021 et DGOS/RH-fST/121-004078 du 30 août 2021 portant refus de renouvellement d'agrément de l'établissement de formation ATMAN pour dispenser une formation en ostéopathie ; Vu les ordonnances enregistrées sous les numéros 2104258 et 2104553 des 23 août et 16 septembre 2021 prononcées par le juge des référés du Tribunal administratif de Nice, Décide : Article 1er L'établissement de formation ATMAN est agréé à titre provisoire, pour l'année scolaire 2021-2022, afin de dispenser une formation en ostéopathie. L'établissement est situé au 2575 Route des Crêtes 06560 Valbonne -Sophia Antipolis. Monsieur Georges LENDEL, demeurant [...] est le représentant légal de l'établissement et monsieur Marc BOZZETTO, demeurant [...], est le directeur de l'établissement. L'établissement est autorisé à accueillir un maximum de 375 étudiants formés chaque année, toutes promotions confondues durant la période de l'agrément, dont 83 étudiants pouvant être accueillis en provenance des établissements ayant perdu leur agrément. Article 2 A titre exceptionnel pour l'année 2021/2022, les places réservées aux étudiants en provenance des établissements de formation ayant perdu leur agrément à compter de la rentrée 2021, sont attribuées dans l'ordre de priorité suivant : 1° aux étudiants admis en 5ème année de formation en 2021-2022 ; 2° aux étudiants admis en 4ème année de formation en 2021-2022 ; 3° aux étudiants admis en 3ème année de formation en 2021-2022 ; 4 ° aux étudiants admis en 2ème année de formation en 2021-2022 ; 5 ° aux étudiants admis en 1ère année de formation en 2021-2022. Les places restées vacantes ou libérées au plus tard dans le mois qui suit la date de rentrée fixée par l'établissement sont attribuées à d'autres étudiants remplissant les conditions requises pour être admis en 1ère, 2ème, 3ème, 4ème ou 5ème année d'études. Article 3 La directrice générale de l'offre de soins est chargée de l'exécution de cette décision, qui sera publiée au Journal officiel de la République française. Fait le 20 septembre 2021 Pour le ministre et par délégation, La cheffe de service Adjointe à la directrice générale de l'offre de soins Cécile LAMBERT
  • Voyage au coeur des fascias

    17 septembre, par UFEOA — Formations et stages,
    Sommaire Descriptif Date Lieu Tarifs Réservation Descriptif La formation porte sur les fascias, leur anatomie, leurs rôles et comment les utiliser. Les intervenants sont Amandine Paquet et Caroline Schlecht. Ce stage est ouvert à 20 participants. Date 25 octobre 2021 Lieu Complexe Le Colibri - Vaulx-en-Vélin Tarifs Tarifs Prix TTC Tarif Non Adhérant 280€ Tarif Adhérant UFEOA ou Abonnée Ostéo4pattes-SDO (Professionnel/Etudiant) 260€ Tarif Abonnée Soutiens, Ostéo4pattes-SDO 240€ Tarif Abonnée UFEOA + Pass Stage 240€ Réservation Si vous souhaitez participer à cette formation, n'hésitez pas à contacter la page Facebook UFEOA Formation ou par mail stage.ufeoa chez gmail.com Nous restons à votre disposition pour toutes questions complémentaire. Nous essaierons de vous répondre dans les plus brefs délais ! Merci de votre engouement ! A bientôt !
  • Jean Bouhana

    16 septembre, par Michel Chêne — Nos partenaires
    Jean exerce en cabinet d'ostéopathie à Lorient (56) depuis 1985. Enseignant à l'EOG de 1990 à 2000 : techniques sur le tissu conjonctif et gestion de la perception. Responsable de la formation continue à BRETAGNE-OSTEOPATHIE depuis 2007. Responsable de l'enseignement de l'ostéopathie tissulaire à l'IFSO-Rennes depuis 2007. Jean BOUHANA, étiopathe puis ostéopathe exerce depuis 25 ans dans son cabinet en Bretagne, et enseigne depuis plus de 15 ans l'ostéopathie appliquée aux tissus conjonctifs. Il a débuté cet enseignement à l'Ecole d'Ostéopathie de Genève (anciennement collège d'Etiopathie), où il a été chargé de cours pendant une dizaine d'années. Depuis 1990 il a développé une pédagogie du toucher adaptée aux méthodes tissulaires structurelles. Il est co-auteur d'un livre sur la méthode « Jean Moneyron » qu'il a enseignée avec sa fille, Françoise, pendant près de 10 ans en France et en Europe. Aujourd'hui, il est très impliqué dans le développement de BRETAGNE-OSTEOPATHIE et assure des responsabilités tant au niveau de la formation au titre d'ostéopathe (IFSO-Rennes), qu'en formation continue ou encore en assurant l'encadrement des jeunes professionnels dans le cadre des cliniques ostéopathiques. Formation proposée : Intitulé Réduction Abonné(e)s Travail tissulaire applique à l'ostéopathie équine et animalière 30€
  • Fascia en mouvement & tenségrité vivante

    13 septembre, par Jean Louis Boutin — Formations et stages
    OSEZ PLONGER DANS VOTRE PROPRE TENSÉGRITÉ VIVANTE Si vous êtes centré sur le cœur, que vous travaillez dans le domaine du mouvement, de la thérapie manuelle ou de la médecine et que vous souhaitez approfondir vos connaissances, ce congrès est pour vous. Comment fonctionne le congrès ? Vous pouvez y assister depuis n'importe où, tout ce dont vous avez besoin est un ordinateur, une tablette ou un smartphone avec un accès à Internet. Le congrès fonctionne sous un format 100% ONLINE. Du vendredi 15 au dimanche 17 octobre, de 12h à 18h, vous aurez, 4 présentations en duo de 75 min avec une pause de 15 minutes entre chaque. Puis, à 18h une table ronde avec les 8 intervenants afin que vous puissiez terminer chaque journée avec vos questions, en direct en ligne en personne. Le prix du ticket est pour les 3 jours. Toutes les conférences seront enregistrées et disponibles en anglais et en français. (Accès jusqu'au 31 décembre 2021). Accès spécial à nos fabuleux sponsors et à nos offres (plus d'informations ultérieurement !). - Jusqu'au 15 septembre, le billet pour les trois jours est à 299 CHF/euros. - À partir du 15 septembre, le prix pour les trois jours sera à 380 CHF/euros. - Tarif groupe x 5 tickets : 1199CHF - Tarif groupe x 10 tickets : 2399CHF Le panel des intervenants francophones et internationaux est le suivant : ✨Dr Michele Tarento ✨John Sharkey ✨Joanne Sarah Avison ✨Dr Jean Claude Guimberteau ✨Leonid Blyum ✨Rachel Tudor ✨Emma Gomez Synergie ✨Anastasi Siotas ✨Dr Christian Courraud ✨Paul Thornley ✨Vincent Fleury ✨Karen Kirkness ✨Mariana Barreto ✨Ana Outsubo ✨Dominique Bourgeois ✨ Carol Vallat ✨Dr Luiz Fernando Bertolucci ✨Jan Trewartha ✨Lisa Babiuk ✨Mark Flannigan ✨Dr Carol M. Davis ✨ Celina Hwang Ce congrès est inédit de part son existence et son format, à vivre en direct ou en replay pour votre confort et bénéficie de la présence de spécialistes internationaux tant dans le domaine des fascias que celui de la biotenségrité, comme paradigme de la nouvelle anatomie du 21ème siècle. Et parce que le mouvement n'est pas un processus intellectuel, ce congrès fera la part belle à la pratique pour une intégration optimale et une application immédiate de ces concepts et recherches novateurs. Que vous soyez enseignants de yoga, de Pilates, de fitness, de mouvement thérapeutique, thérapeutes, médecins, chercheurs ou juste passionnés par le vivant alors rejoignez le mouvement et osez la biotenségrité ! Le temps est venu de passer d'une compréhension biomécanique à une compréhension biomotionnelle de nous-mêmes ; de servir nos communautés, nos clients, nos patients et nos étudiants en les aidant à bouger avec aisance et intégrité. UN PETIT PAS POUR CHACUN D'ENTRE NOUS, UN BOND DE GÉANT POUR L'INTÉGRITÉ HUMAINE ! Notez bien dans vos agendas et partagez autour de vous cette heureuse nouvelle ! Celina Hwang Voir en ligne : Fascia en mouvement & tenségrité vivante
  • Travail tissulaire applique à l'ostéopathie équine et animalière

    13 septembre, par Jean Bouhana — Formations et stages,
    Sommaire Les objectifs Les principes Les contenus Modalités d'évaluation Modalités pédagogiques Modalités d'inscription Prix total Date & inscritpions Les objectifs L'objectif de cette formation est de permettre aux ostéopathes et ostéopathes animaliers et équins de se familiariser avec les techniques tissulaires structurelles et d'être capables de les appliquer à l'animal. Les principes Comprendre, percevoir et expérimenter ces techniques avec un objectif pratique immédiat. Les contenus Session 1 : Initiation au travail tissulaire appliqué à l'ostéopathie équine et animalière 1er jour : Les techniques tissulaires structurelles appliquées à l'humain Présentation de la méthode, de la théorie et des modèles, des points en lésion et des points opérants Description de quelques points sur les chaines des membres Repérage des lésions sur le tissu conjonctif, ce que l'on appelle la barrière lésionnelle Démonstration et apprentissage du geste thérapeutique Apprentissage du suivi des modifications chez son patient : expérimentation des situations de rencontre, présentation du concept de la non-séparabilité La colonne vertébrale Le repérage des étages en lésion Les conséquences du geste manipulatif sur l'équilibre général La perception des phénomènes engendrés 2ème jour : Application à l'animal Description des points des membres postérieurs et antérieurs Apprentissage de la recherche des lésions éventuelles, expérimentations et apprentissage de la recherche des points opérants des membres antérieurs Expérimentation des situations de rencontre avec l'animal Description des points des membres postérieurs Apprentissage de la recherche des lésions éventuelles, expérimentations et apprentissage de la recherche des points opérants des membres postérieurs Expérimentation et application au rachis cervical Expérimentation et application au rachis dorsal, lombaire, à la charnière cervico-occipitale et au bassin Présentations des traitements et discussions Session 2 : Travail tissulaire appliqué à l'ostéopathie équine et animalière 3ème jour : Les techniques tissulaires structurelles appliquées à l'humain Rappels sur la méthode, théorie et modèles, points en lésion et points opérants Expérimentation de quelques points sur les chaines des membres Repérage des lésions sur le conjonctif : la barrière lésionnelle, ses différents aspects et leur repérage Le geste thérapeutique et son impact perceptible chez le thérapeute et chez le patient Comment suivre les modifications chez son patient : expérimentation des situations de rencontre ; la non-séparabilité. La colonne vertébrale Repérage et expérimentation des étages en lésion Le geste manipulatif et ses conséquences sur l'équilibre général, Perception des phénomènes engendrés 4ème jour : Application sur l'animal Description et rappel des points des membres antérieurs, pratique en ateliers, expérimentation sur l'animal Recherche des lésions éventuelles, expérimentation, recherche des points opérants Expérimentation des situations de rencontre avec l'animal, pratique en ateliers Description et rappel des localisations des points des membres postérieurs Expérimentation, recherche des points en lésion, recherche des points opérants, training en ateliers Le rachis cervical Le rachis dorsal et lombaire La charnière cervico occipitale Le bassin Traitements discussions. Modalités d'évaluation Évaluation diagnostique et sommative QCM en fin de formation Modalités pédagogiquesVidéo projecteur Cas pratique et mises en situation Modalités d'inscription L'inscription se fait par groupe de 2 sessions, il n'est pas possible de dissocier une session 1 de sa session 2. Prix total Tarif public 780 euro + 30 euro frais d'inscription Tarif Abonné(e)s, Ostéo4pattes-SDO : Tarif préférentiel Oste4pattes : 750 euro + 30 euro frais d'inscription. Prendre contact avec le secrétariat de Bretagne ostéopathie pour appliquer la remise de 30 euros : contact chez bretagne-osteopathie.com Frais d'inscription 30 € Date & inscritpions DatesLieuSessionPlace disponible 29 Avril 2022 - 30 Avril 2022 Rennes 1 oui 20 Mai 2022 - 21 Mai 2022 Rennes 2 oui Jean Bouhana Ostéopathe 13 place Jules Ferry 56100 Lorient 0610949136 jean.bouhana chez wanadoo.fr
  • Interview - Olivier Seignibrard

    10 septembre, par Ostéo4pattes-SDO — Au présent...
    Vous trouverez ci-dessous, l'interview d'Olivier Seignibrard, Coach santé, prof d'art martial et masseur. Olivier intervient lors des rencontres d'ostéopathie comparée pour nous parler de posture. La posture étant un point clé de la bonne santé de l'ostéopathe. Cette interview a été réalisée par des bénévoles lors des XVIe Rencontres d'Ostéopathie Comparée Bon visionnage. Afin de venir aux prochaines Rencontre d'Ostéopathie Comparée, rendez vous sur ce lien : XVIIèmes Rencontres d'ostéopathie comparée - JUIN 2022
  • Formations et diplômes en ostéopathie

    7 septembre, par Jean Louis Boutin — Questions ostéos
    Question écrite n° 40900 de M. Jean-Christophe Lagarde (UDI et Indépendants - Seine-Saint-Denis) publiée au JO le 07/09/2021, page 6605 Objet : Formations et diplômes en ostéopathie M. Jean-Christophe Lagarde attire l'attention de M. le ministre des solidarités et de la santé sur les établissements de formation en ostéopathie, sur leur agrément et sur les formations dispensées et les diplômes délivrés. En effet, conformément à l'article 75 de la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative au droit des malades et à la qualité du système de santé, la formation et le diplôme en ostéopathie peuvent seulement être délivrés par les établissements de formation agréés par le ministre chargé de la santé. De plus, les établissements, qui sont contrôlés par ce dernier, doivent se soumettre toutes les cinq années à une procédure du renouvellement de leur agrément se fondant sur des éléments déclaratifs. Sur les 31 établissements français ayant récemment fait l'objet d'une évaluation, plusieurs n'ont pas vu leur agrément renouvelé et ne sont, par conséquent, plus autorisés à délivrer une formation et un diplôme en ostéopathie. Or, en 2015, plusieurs établissements n'avaient pas obtenu leur agrément et avaient empêché par des moyens plus que discutables les étudiants à se tourner vers d'autres établissements. Si certains de ces établissements ont finalement obtenu leur agrément en 2016, il n'en demeure pas moins que pendant une année des formations et des diplômes ont été délivrés et ce en toute illégalité. Alors que, en raison de la crise sanitaire, ladite procédure de renouvellement a été repoussée à 2021, un scénario analogue risque de se reproduire. Dans les faits, certains étudiants, qui vont être contraints de débourser des sommes parfois abusives pour une formation de faible qualité, rencontreront, par conséquent, de grandes difficultés à s'insérer durablement dans la profession. De même, c'est la sécurité des patients qui pourra être mise en jeu dans la mesure où des soins pourront être délivrés par des personnes n'ayant pas reçu la formation nécessaire à la parfaite prise en charge de leurs patients. Aussi, il l'interroge sur les mesures que compte prendre le Gouvernement pour protéger les étudiants et leurs futurs patients, pour garantir une formation en ostéopathie de grande qualité, mais aussi pour mettre fin aux pratiques déloyales et trompeuses que l'on retrouve chez certains établissements. Voir en ligne : Question écrite n° 40900 de M. Jean-Christophe Lagarde (UDI et Indépendants - Seine-Saint-Denis) publiée au JO le 07/09/2021, page 6605