Vous êtes ici : Accueil > Généralités
Publié : 13 septembre 2014

Ostéo4pattes,

http://www.revue.osteo4pattes.fr

Revue d’ostéopathie comparée, rassemblements d’ostéopathes, édition de contenu sur l’ostéopathie, rencontres annuelles d’ostéopathie.

  • Whiplash (coup du lapin)

    7 février, par Pierre Renaudeau — K cliniques SDO, ,
    Source de l'image : Blog Paramedic22 : http://paramedic22.romandie.com/post/11748/92845 Dans cet article, issu de l'expérience d'un Ostéopathe de terrain, il va être tenté de répondre à une question fréquemment posée par les patients : Pourquoi les accidents de voiture donnent-ils des problèmes cervicaux plusieurs années après ? (sous entendu : pourquoi pas de suite ?) Pour répondre à cela, il faut revenir sur quelques définitions : Le whiplash est une lésion ostéopathique concernant l'axe rachidien et plus particulièrement la dure-mère, lien mécanique inextensible entre base crânienne (et même boîte crânienne) et sacrum, ainsi que l'appareil ligamentaire inter vertébral. La lésion est de nature « coup de fouet » c'est-à-dire très instantanée et globale, assurant un changement de comportement de la dure-mère et des ligaments intervertébraux propre à en modifier la physiologie mécanique. Nous y reviendrons en étudiant le traumatisme. La lésion ostéopathique est un changement post-traumatique dans le comportement élastique des fibres des ligaments, des éléments fibreux de maintien, avec une disparité entre des mouvements symétriques. Ceci débouche sur une asymétrie de fonction repérée au test ostéopathique, outil de base de l'Ostéopathe. En voici une hypothèse personnelle plus élaborée : Depuis des millions d'années le corps des animaux est soumis de temps à autre à des chocs violents (percussion par de gros animaux, chute dans des ravins, chocs par des branches, placement d'un pied dans un trou, etc.). À chaque fois que se produit un de ces traumatismes, une région du corps est soumise à compression, étirement, cisaillement, et cela peut, lorsque les forces traumatiques dépassent les capacités de résistance de l'organisme, déboucher sur une fracture, qui est une rupture de la structure la plus solide, l'os. Dans la nature, la sanction est lourde à court terme, c'est la mort par incapacité à se nourrir où à s'échapper. Dans la société humaine, cela peut être soigné et guéri. Entre l'accident bénin et la fracture, nous trouvons dans les créneaux de forces moins importantes, les dégâts ligamentaires, entorses avec œdème ou arrachement ligamentaire, tout aussi incapacitants pour les animaux que la fracture, car souvent suivis dans la nature d'une luxation articulaire au premier effort violent (chasse, fuite). La nature ne peut empêcher une force colossale de briser un os, mais elle a mis en place un mécanisme de défense intermédiaire pour limiter la casse dans les traumatismes ligamentaires, élargissant la fourchette des accidents sans incidence sur la fonctionnalité globale de l'animal (ou de l'humain) victime d'un traumatisme. Ce mécanisme de défense est la lésion ostéopathique, qui, donc, loin de constituer un inconvénient, est une chance pour les tissus, ou plutôt pour la fonctionnalité du sujet. Dans cette fourchette d'efforts mécaniques brefs et intenses risquant de léser un ligament, le corps (probablement le cerveau archaïque) provoque un relâchement de l'élasticité du ligament en danger. Ce mécanisme est susceptible en effet d'éviter le déchirement (si le ligament restait très rigide et tendu) et laisse au contraire le ligament s'étirer le plus possible sans se rompre. Cela donne aux tissus une fourchette supplémentaire d'amplitude sans casse, cela élargit le champ des accidents sans séquelles autres que la lésion ostéopathique (mais conservant la fonctionnalité du sujet). Bien évidemment le système a ses limites, et au delà de ce mécanisme, si l'énergie du traumatisme n'est pas épuisée, il y a rupture du ligament, mais l'intérêt évident est que, statistiquement, cela donne un nombre plus important de sujets qui survivent (chez les animaux) à une entorse, ce qui a donc constitué un instrument de survie dans l'évolution. Anatomie de la cheville - Source de l'image : Centre orthopédique Pasteur Lanroze, Brest : http://www.chirurgie-orthopedique-pasteur-brest.fr/arthrodese-78.html Reprenons l'exemple de la cheville, entre autres, parce qu'il est le plus fréquent. Lors d'une entorse en varus, le couple de forces en présence met l'ensemble talus-calcanéum en rotation d'adduction sous le squelette jambier. Les deux forces en cause sont le poids du corps (majoré par l'élan) qui pousse le couple malléolaire tibio-fibulaire vers le sol, et la réaction du sol dur qui résiste à l'enfoncement du calcanéum en le renvoyant vers le haut. Ce mouvement met en tension les ligaments talo-fibulaire antérieur et postérieur ainsi que le ligament calcanéo-fibulaire (ancien ligament latéral externe) de la cheville. Si le ligament était sec comme en dissection, il présenterait une résistance élevée à l'étirement avec un seuil soudain de rupture. Ce n'est pas le comportement du ligament vivant, et c'est pourquoi l'étude de l'anatomie sur le cadavre est probablement inadaptée (à mon sens) à l'éducation de l'Ostéopathe qui doit privilégier la palpation de nombreux sujets vivants afin d'appréhender le comportement du tissu vivant. En effet, ce ligament vivant, soumis à un étirement retransmis au système nerveux via l'innervation proprioceptive, va voir l'innervation lui renvoyer une commande d'allongement, probablement par une boucle réflexe très courte, ce qui va permettre deux choses : 1 Augmenter l'amplitude de l'allongement, donnant ainsi un peu de marge géométrique au ligament, sans qu'il déchire immédiatement. 2. Allonger le temps de l'allongement traumatisant, ce qui va permettre au corps d'absorber le choc sur un peu plus de temps, donc de répartir la contrainte mécanique sur les tissus avoisinants, la diluant ainsi, et permettre également au reste du corps d'effectuer une gestuelle d'évitement (fléchir les membres inférieurs, amorcer une chute pour épargner la cheville, etc.) grâce à ce minime surplus de temps. Ce véritable comportement réflexe du corps coïncide avec la première partie de la lésion ostéopathique, l'allongement élastique du ligament agoniste. Mais il existe une deuxième partie, corollaire. Mécanisme de l'entorse de la cheville - Source de l'image : Polyclinique des Alpes du Sud (Gap) : http://www.clinalpsud.com/homme_mouvement/hom_trauma_entors_cheville.htm En effet les structures ligamentaires, tout comme les structures musculaires, sont innervées (la dure-mère aussi) et cette innervation est probablement orchestrée en termes d'agonistes-antagonistes. Lorsqu'un muscle (agoniste) est sollicité activement par le système nerveux, il y a automatiquement relâchement de l'antagoniste (le muscle créant le mouvement opposé). Dans le mécanisme de l'entorse, il y a fort à parier (c'est une hypothèse personnelle) que la « commande » de relâchement du ligament latéral de la cheville s'accompagne automatiquement d'une commande de rétraction du ligament antagoniste soit le ligament médial de la cheville dans notre exemple, donnant alors ce résultat bien connu de l'Ostéopathe, cette lésion de la cheville « en varus » avec une cheville qui veut bien aller en varus, mais refuse (du point de vue de l'élasticité) d'aller en valgus. Il n'y a pas de changement de conformité de l'articulation de la cheville mais un changement dans son comportement dynamique, orchestré par le cerveau animal, celui-là même auquel s'adressait Émile Coué dans sa méthode d'auto suggestion, ce cerveau qu'il faut rassurer avec des mots simples pour voir disparaître des peurs anciennes et inadaptées (hypnose, Programmation Neuro- Linguistique…). Pourquoi cette hypothèse ? Simplement parce que le mode de correction de l'Ostéopathe qui consiste à reproduire la situation lésionnelle avec ses prises de main et voir s'effacer la lésion en séance s'adresse par le toucher au cerveau animal (peut-être au cerveau réflexe qu'est le cervelet). C'est lui qui lâche, en l'absence de la peur liée à l'accident, la lésion qu'il avait mise en place pour assurer la pérennité de l'articulation, et donc, noble but s'il en est, la pérennité de l'individu, animal ou humain. C'est un moyen idéal pour expliquer la nature de la lésion ostéopathique et l'efficacité de l'Ostéopathie fonctionnelle. L'Ostéopathie structurelle, elle, trompe la vigilance de l'organisme pour atteindre la position de correction, c'est pour cela qu'il lui faut une haute vélocité, mais l'ensemble du substrat est forcément neurologique, c'est le seul lien expliquant la simultanéité d'un changement dans deux ligaments antagonistes, alors qu'un seul est traumatisé, et également la persistance de la correction après la séance. Or donc concernant notre whiplash, que se passe-t-il ? Mécanisme du wiplash Dans le cas des whiplash classiques, l'onde de choc arrive par l'arrière, se transmet au siège du véhicule qui l'imprime au rachis lombaire, au rachis dorsal bas et au sacrum du passager assis. La vitesse de propagation fait que l'onde de choc descend vers le sacrum et le fixe en extension (pointe en arrière) par inertie (coup de fouet) et monte vers l'occiput pour le balancer en flexion (écaille en bas et en avant), deux paramètres contradictoires dans la physiologie crânio-sacrée. L'onde se propage plus loin dans le crâne sur les lignes de force de traction que constituent les fibres de la dure-mère dans sa portion centrale, la faux du cerveau, jusqu'à l'apophyse Crista Galli de l'ethmoïde que l'impact tracte vers le haut et l'arrière, encastrant l'ethmoïde sous le frontal. La faux se recroqueville (migraines). L'occiput se serre entre les temporaux dont la position en rotation interne ou externe, (aggravée par la mise en tension de la tente du cervelet) fera varier la pathologie crânienne associée. Mais que se passe-t-il au niveau des cervicales ? Il est loisible de penser que l'onde de choc les place de facto en post flexion. Ceci constitue le premier temps du whiplash. Lorsque l'on sera amené à corriger, ce sera le dernier temps de correction. Car, dans de nombreux cas viennent se rajouter les effets de l'impact du siège sur le sacrum (antériorité) et sur l'occiput (poussée de l'appui-tête vers l'avant), retrouvés dans les whiplash violents. Ensuite le sujet repart en avant dans une sorte de rebond. Les cervicales sont alors forcées en flexion antérieure (deuxième temps du whiplash), avec compression des disques (temps traumatique discal), créant probablement par l'impossibilité des disques de s'essorer rapidement pour répartir l'écrasement, des microfissures autour de la région du nucléus pulposus qui cherche à s'étaler dans l'instant. Le sujet étant retenu par sa ceinture, des serrages se produisent également sur la clavicule, le sternum, et parfois sur le bassin, s'accompagnant d'une deuxième onde de choc le long de la colonne, surtout cervicale, cette fois, assurant souvent un double blocage de l'occiput entre les temporaux, un coup de fouet n'en annulant pas un autre. Au final ce sera un patient avec des restrictions importantes qui repartira de cet accident, souvent classé comme banal ou sans suite par la Médecine, en l'absence de complications immédiates. Les conséquences à long terme, bien connues des ostéopathes sont pourtant multiples : Les blocages de l'occiput, associés à ceux du sacrum, assureront un ralentissement progressif de la vitalité de la personne, induisant parfois un état pré dépressif, souvent un syndrome de fatigue inexpliquée, voire avec le temps une dépression avérée. Les mises en tension chroniques des tissus cervicaux assureront une limitation de la mobilité cervicale entrainant sur le long terme un déficit de mobilité donc de pompage discal naturel. Les microfissures amorcées à l'accident évolueront progressivement, sur plusieurs années vers le pincement discal qui manifestera des symptômes cinq à dix ans après, à type de névralgies cervico-brachiales, céphalées, torticolis à répétition, qui amèneront le patient à consulter l'Ostéopathe devant l'impossibilité de traiter efficacement ces pathologies récidivantes sans cause apparente. La tâche de l'Ostéopathe sera alors évidente : restaurer la mobilité crânio sacrée, la mobilité de l'occiput entre les temporaux, lever les restrictions de la dure-mère crânienne, du sacrum entre les iliaques, la mobilité la meilleure possible des cervicales encadrant les disques en souffrance ou en perte de hauteur, sans manipulations en rotation (qui « essorent » les disques déjà bien abîmés) puis soigner par induction discale ces disques pour restaurer un espace optimal pour le passage des racines nerveuses cervicales. Ce panel de corrections pourra venir à bout de situations douloureuses devenues chroniques plusieurs années après l'accident, et durant parfois depuis plusieurs années, faisant le lien entre l'origine et les conséquences, ignorées par le corps médical. La récupération du (de la) patient(e) pourra également concerner des problèmes considérés comme annexes (migraines, sinusites, troubles digestifs…) nous ramenant là encore à l'unité du corps. La réponse, enfin, à la question des patients (Pourquoi si longtemps après ?) est plus apparente : L'accident installe les tissus dans l'hypo-mobilité. Il leur faut ensuite du temps pour se dégrader, surtout les disques, hypo-pompés. Le Site de l'Ostéopathie remercie notre confrère, Pierre Renaudeau, pour sa contribution et son article. 1ère publication sur le Site de l'Ostéopathie le 1 juillet 2011 .
  • Éléments de réflexion à propos des fascias

    7 février, par Bruno Bordoni, Emiliano Zanier, Pierre Renaudeau — K cliniques SDO,
    Sommaire Présentation Introduction : Définition (...) Symptômes : Faits et hypothèses Scénarios cliniques : faits et Conclusion Remerciements Références Présentation Les auteurs : Bruno Bordoni : Department of Cardiology, IRCCS S Maria Nascente, Don Carlo Gnocchi Foundation, Milan, Italy - CRESO Osteopathic Centre for Research and Studies, Milan, Italy - Correspondence : Bruno Bordoni ; Email : bordonibruno chez hotmail.com Emiliano Zanier : CRESO Osteopathic Centre for Research and Studies, Milan, Italy - EdiAcademy, Milan, Italy - Correspondence : Emiliano Zanier, Email : fisioheal chez yahoo.it Titre original : Clinical and symptomatological reflections : the fascial system J Multidiscip Healthc. 2014 ; 7 : 401–411. 10.2147/JMDH.S68308 Résumé Chaque structure de corps est enveloppé dans le tissu conjonctif, ou fascia, créant une continuité structurelle qui donne la forme et la fonction à tous les tissus et organes. Actuellement, il ya encore peu d'information sur les fonctions et les interactions entre le continuum aponévrotique et le système du corps. Malheureusement, dans la littérature médicale, il ya peu de textes expliquant comment la stase aponévrotique ou un mouvement modifié des différentes couches conjonctives peuvent générer un problème clinique. Certes, le fascia joue un rôle important dans la transmission de la tension mécanique, afin de contrôler un environnement inflammatoire. Le continuum aponévrotique est essentiel pour transmettre la force musculaire, la coordination motrice correcte et pour préserver les organes dans leur site ; le fascia est un instrument essentiel qui permet à l'individu de communiquer et de vivre de façon autonome. Cet article examine ce que la littérature offre sur les symptômes liés au système aponévrotique, en essayant de connecter l'information existante sur la continuité du tissu conjonctif et des symptômes qui ne sont pas toujours clairement définis. À notre avis, connaître et comprendre ce système complexe de fascias est essentiel pour le clinicien et d'autres praticiens de la santé pour trouver la meilleure stratégie de traitement pour le patient. Mots clés : Fascia, ostéopathie, lombalgie, nuque, douleur Abstract Every body structure is wrapped in connective tissue, or fascia, creating a structural continuity that gives form and function to every tissue and organ. Currently, there is still little information on the functions and interactions between the fascial continuum and the body system ; unfortunately, in medical literature there are few texts explaining how fascial stasis or altered movement of the various connective layers can generate a clinical problem. Certainly, the fascia plays a significant role in conveying mechanical tension, in order to control an inflammatory environment. The fascial continuum is essential for transmitting muscle force, for correct motor coordination, and for preserving the organs in their site ; the fascia is a vital instrument that enables the individual to communicate and live independently. This article considers what the literature offers on symptoms related to the fascial system, trying to connect the existing information on the continuity of the connective tissue and symptoms that are not always clearly defined. In our opinion, knowing and understanding this complex system of fascial layers is essential for the clinician and other health practitioners in finding the best treatment strategy for the patient. Keywords : fascia, osteopathic, low back pain, neck, pain. Introduction : Définition du fascia Chaque structure du corps est enveloppée dans un tissu conjonctif, ou fascia, ce qui crée une continuité de structure participant à la forme et à la fonction de chaque tissu et organe. [1-6] (et probablement même à la forme du corps entier, NdT). Le corps humain doit être considéré comme une unité fonctionnelle, où chaque zone est en communication avec une autre via le continuum fascial, qui est par conséquent à l'origine d'un parfait équilibre de la tenségrité.[5] (La tenségrité est, en architecture, la faculté d'une structure à se stabiliser par le jeu des forces de tension et de compression qui s'y répartissent et s'y équilibrent (réf Wikipédia), voir aussi l'article de Pierre tricot. NdT). La littérature médicale ne propose pas une définition unique du fascia, car celui-ci varie en termes d'épaisseur, de fonction, de composition, et de direction suivant sa localisation. Le tissu fascial se distribue de façon égale à travers le corps entier, enveloppant, interagissant, et pénétrant les vaisseaux sanguins, les nerfs, les viscères, les méninges, les os et les muscles, créant des couches variées à différentes profondeurs, et formant une matrice tridimensionnelle métabolique et mécanique. [6, 7] Le fascia devient un organe qui peut affecter la santé d'un individu. [8] La prise de conscience de ses fonctions et de ses domaines d'influence devient d'une grande portée démonstrative pour une perspective plus générale sur la santé et le bien-être du patient. (fig1) D'un point de vue embryologique, le système fascial prend son origine dans le mésoderme, bien que d'après certains auteurs, ce réseau conjonctif puisse être partiellement observé dans les crêtes neurales de l'ectoderme, avec une prédilection pour les zones crâniennes et cervicales. [8-10]. La couche la plus externe est dénommée fascia sous-cutané ou tissu conjonctif lâche (aréolaire). [7-11] Cette couche est constituée de plusieurs niveaux, chacun avec une quantité variable de fibroblastes (cad : cellules conjonctives), disposées de manière désordonnée et noyées dans une substance gélatineuse connue comme matrice extracellulaire, où se trouvent de nombreuses molécules (c-à-a : glycosaminoglycanes, protéoglycanes et des polysaccharides comme l'acide hyaluronique). [3-12] Cette couche superficielle n'est pas localisée exclusivement sous le derme, mais elle infiltre le corps entier, enveloppant les organes et formant leur stroma (support conjonctif d'une cellule, d'un tissu ou d'un organe. note du traducteur), les branches neurovasculaires, et les différents fascias des régions musculaires, se reposant finalement sur le fascia profond. [13-15]. Le fascia superficiel est formé de différentes couches dont la formation facilite le glissement d'une couche sur l'autre, tout comme pour les structures enveloppées ou au contact du fascia sus-mentionné. [12-15] Le nombre de couches du fascia superficiel et la quantité de substances qu'il contient dépend de la quantité de graisse, du sexe et de la localisation dans le corps. [12 ; 13] Le fascia superficiel est riche en eau, organisée en cristaux liquides. [16] Les différentes couches communiquent grâce à un système microvacuolaire, qui est chacun composé des mêmes structures que le fascia superficiel. C'est un réseau microscopique, en ce qui concerne les vaisseaux et les nerfs, dans des directions variées et hautement plastique. [11] Selon certains textes, à l'intérieur du fascia superficiel existe un maillage vasculaire indépendant des circuits lymphatique et sanguin. Il est nommé le système canalaire de Bonghan et est supposé faciliter la communication entre les différentes parties du corps. [17-21] Ce système est formé de la même substance qui compose le fascia superficialis. [9] Le fascia profond est la dernière couche conjonctive avant d'arriver au contact des structures coporelles (cad : les os et les muscles), et les systèmes viscéral et vasculaire. Il est caractérisé par différentes couches de tissu conjonctif lâche. [3 ;22] Son système vasculaire et lymphatique est bien développé avec de nombreux corpuscules proprioceptifs, particulièrement les corpuscules de Ruffini et Pacini. [22] C'est une couche fibreuse moins extensible, avec des fibres de collagène disposées plus régulièrement, épaisses et parallèles entre elles. Elle est riche en acide hyaluronique. [7, 22] Selon certains auteurs, le fascia entourant les organes est un fascia séreux, mais en fait, il est la prolongation du fascia profond. [1, 23] Toutes les couches de fascia contiennent un nombre variable de fibroblastes capables de se contracter, connus comme myofibroblastes. Ils contiennent un type d'actine semblable à celle que l'on retrouve dans le système digestif, (c-à-d : actine des muscles lisses type alpha). [6] La recherche scientifique a prouvé que le système fascial est innervé par le système nerveux autonome sympathique. [6] (Travaux de R Schleip, NdT) Symptômes : Faits et hypothèses L'ensemble (continuum) fascial est essentiel pour transmettre la force musculaire, pour une coordination motrice correcte, et pour la protection des organes en leurs sites. Le fascia est un instrument vital qui permet à l'individu de communiquer et vivre indépendamment (autonome, note du traducteur). La transmission de la force est assurée par l'intégrité fasciale, ce qui se retrouve dans la force musculaire produite. La tension produite par les sarcomères se traduit en activité musculaire, utilisant les différentes couches des régions contractiles (épimysium, périmysium, endomysium) (le maillage fibreux conjonctif entremélé aux faisceaux musculaires, note du traducteur), dans des directions et vitesses variées. (Fig 2) [6,11,24,25]. Le tissu conjonctif peut contrôler l'orientation des fibres musculaires, de manière à renvoyer la force dans une autre direction et de rendre la transition de tension plus fluide et plus ergonomique. [24] Le système fascial est riche en récepteurs proprioceptifs, particulièrement les corpuscules de Ruffini et de Pacini, surtout dans les zones de transition entre articulation et fascia, et entre le fascia et le tissu musculaire, se mélangeant avec les récepteurs de ces structures [6,8]. Le continuum fascial peut être considéré comme un organe sensitif de la biomécanique humaine qui modifie les schémas posturaux quotidiens.[6, 8 ; 26]. Le système musculaire est une partie du continuum fascial, et quand il est affecté par des pathologies ou des désordres systémiques tels que viscéraux, génétiques, vasculaires, métaboliques et des désordres alimentaires, sa fonction subit une altération non-physiologique ; il y a beaucoup de facteurs épigénétiques (L'épigénétique concerne toutes les modifications engendrées non par l'ADN mais par les influences du milieu extérieur, y compris jusqu'à une régulation de l'activité d'expression des gènes. Elle aboutit à une lecture différente du même code génétique. Réf : www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/dico/d/genetique-epigenetique-136 NdT) qui peuvent conduire à sa modification, comme une réponse à un stimulus mécanotransmis, résultant en une diminution supplémentaire de ses fonctions et propriétés.[27-37] Une fois altéré, le continuum fascial engendre une symptomatologie qui altère l'état de santé de l'individu, développant bien souvent des symptômes qui sont plus significatifs que les paramètres cliniques diagnostiqués avec les moyens diagnostiques médicaux.[38,41] La fatigue chronique, par exemple, peut être reliée au système fascial, particulièrement quand le désordre pathologique a persisté plusieurs années.[42] Des études expérimentales récentes ont montré que des mécanismes physiologiques communs peuvent être impliqués dans la causalité des douleurs musculaires et la fatigue ; les influx nociceptifs provenant du système fascial peuvent modifier les réponses en provenance du système nerveux central.[42] Si l'afférent n'est pas physiologique, l'efférent sera dans la dysfonction et dans la pathologie.[42] Un niveau croissant de cytokines circulantes provenant du tissu conjonctif, due à des pathologies systémiques, peut développer des douleurs névropathiques. [43,46] Le tissu conjonctif peut transporter directement les signaux douloureux ; en fait, il contient des récepteurs nociceptifs qui peuvent transformer un stimulis mécanique en signal douloureux. En outre, s'il y a des stimulis mécaniques non physiologiques, les propriocepteurs peuvent devenir des nocicepteurs.[3,6,7] il y a beaucoup de raisons qui font que le continuum fascial peut devenir une source de douleur. Les récepteurs nociceptifs synthétisent des neuropeptides qui peuvent altérer le tissu environnant, et générer un milieu inflammatoire. L'épinèvre et le périnèvre, tous deux appartenant au système fascial, sont innervés par le nervi nervorum(fibres sensitives entourant les troncs nerveux, note du traducteur)qui peut développer une sensation douloureuse créant un cercle vicieux, quand ils sont en contact avec des molécules pro-inflammatoires.[6,47] Toutes les couches fasciales nécessitent de l'acide hyaluronique pour glisser les unes sur les autres. Si sa quantité décroit ou s'il n'est pas régulièrement réparti, la capacité de glissement local ou systémique du tissu conjonctif est compromise. Il y a quelques chercheurs qui suggèrent fortement que n'importe quel changement dans la viscoélasticité du système fascial active les nocicepteurs.[3,12] L'acide hyaluronique devient adhérent et moins lubrifié, altérant les lignes de force à travers les différentes couches fasciales.[3] Ce mécanisme pourrait être l'une des causes de la raideur articulaire et de la douleur le matin. En fait la raideur ressentie par certains patients quand ils s'éveillent le matin pourrait être mise en relation non pas avec l'articulation mais avec le système fascial. S'il y a une moindre quantité d'acide hyaluronique, où quand il n'est pas réparti de façon égale, le tissu est déshydraté et présente moins de possibilités de glissement.[3,11,12] La même déshydratation empêche les déchets du métabolisme cellulaire d'être éliminés correctement, stimulant les nocicepteurs. L'accumulation des métabolites altère le pH interne du fascia, créant un environnement extracellulaire plus acide. Ceci aboutit à une physiologie perturbée de l'acide hyaluronique et complique le glissement des différentes couches fasciales, stimulant encore les nocicepteurs.[3,12] Réduire le glissement des différentes couches limite le fonctionnement du système endocannabinoïde. Il existe une relation proche entre le système endocannabinoïde ou endorphinique et les fibroblastes. Le récepteur cannabinoïde, ou CB1, réside principalement dans le système nerveux, mais il peut être trouvé tout aussi bien dans le système fascial ou dans les fibroblastes, en particulier près de la jonction neuro-musculaire.[48] Cette relation est censée mieux gérer toute inflammation ou douleur originaire du tissu fascial, à mesure que le fascia subit un remodelage continuel au long du jour.[48,49] Il est supposé que le flux axoplasmique en provenance du ganglion de la racine dorsale transporte certaines molécules aux terminaisons nerveuses distales, dans une tentative de réduire l'information douloureuse émanant des nocicepteurs du continuum fascial. S'il y a une barrière mécanique due à une réduction du glissement fascial, le flux axoplasmique sera entravé, avec comme conséquence le début d'une hyperalgie.[48] Le nerf a la possibilité de s'adapter lui-même en cas de variations de longueur de ses extrémités ou de son tronc. De façon à préserver ses fonctions. En cas de difficultés de glissement des différentes couches qui sont traversées par une structure nerveuse, il se produit une tension neurale, ou une dysfonction neurodynamique, induisant des sensations de douleurs. [3,50] ceci est du à une réduction du flux sanguin intraneural, et à l'élévation des neuropeptides inflammatoires.[50] D'après certains auteurs, la perte d'un glissement correct entre les couches est démontrée par une densité augmentée de l'épaisseur fasciale, qui peut être détectée par ultrasonographie, expliquant la symptomatologie atypique de la douleur chronique. Ce phénomène n'est pas dénommé fibrose, mais densification fasciale.[3,51] (souligné par le traducteur) Un glissement défectueux du, par exemple, à une cicatrice, entraine une tension anormale, qui affecte ensuite le continuum fascial,développant des symptômes douloureux. [1,52] Les changements de tension peuvent provenir des propriétés contractiles des fibroblastes, générant un tonus fascial qui est indépendant de l'intervention du système nerveux.[1,52,53] Un environnement mécanique non-physiologique stimule un état inflammatoire, avec comme résultante une hyperplasie des fibroblastes et plus avant une densification fasciale, qui ensuite se développe en inflammation chronique et en sensibilisation des nocicepteurs.[10,47,54,55] L'inflammation éprouvée par les fibroblastes augmente l'œdème extracellulaire. Cet œdème ne dépend pas seulement d'une perméabilité vasculaire augmentée, mais aussi du tissu fascial lâche qui attire des liquides en lui. [52] Cet œdème entraine une augmentation de la tension et de la raideur, résultant en difficultés de glissement des couches fasciales et douleurs. [52] Ce scénario pousse le fibroblaste à libérer de l'adénosine tri-phosphate (ATP), ce qui stimule les nocicepteurs.[52,55] Il est probable que les changements de flux physiologiques tels que la lymphe ou le sang, causée par une anomalie de tension ressentie par les fibroblastes, est en relation avec l'une des causes des pathologies locales et systémiques, telles que la formation de tumeur.[52] La sensibilisation des nocicepteurs pourrait découler d'une ischémie locale, causée par une tension non physiologique du fascia, ce qui entrave le fonctionnement normal du muscle squelettique, par exemple sur les points trigger ( gâchette).[56,57] Les récepteurs de la douleur pourraient être activés par des molécules de l'inflammation, ATP et Glutamate (un important neuro stimulateur), une diminution du pH, et d'autres neuropeptides( telles que la substance P et la calcitonine (rapport avec les gènes)[56] (et diminuée dans les algodystrophies, note du traducteur). Ces altérations, qui sont surtout considérées comme des altérations musculaires peuvent aussi être déterminées par des influences viscéralessur les tissus musculaires, prouvant la continuité du système fascial.[57-59] Les fibroblastes (les fondations du système fascial) ont une incidence sur le système immunitaire, et par conséquent sur le tissu osseux ; ce phénomène est appellé ostéoimmunologie.[47,60] Le système immunitaire et le tissu osseux partagent des interactions moléculaires, comprenant des facteurs de transcription, des molécules signalet des récepteurs de membrane ; en particulier, les ostéoclastes sont stimulés par les cytokines, et vice-versa. [61] Quand les couches du tissu fascial ne glissent pas correctement l'une sur l'autre, de la couche la plus superficielle au périoste, un environnement inflammatoire se développe, soit aigu, soit chronique ; les cytokines résultantes pourraient activer les ostéoclastes et la résorption osseuse, générant de l'ostéoporose sur le long cours. [7,61] C'est probablement l'une des causes produisant des désordres articulaires dans la polyarthrite rhumatoïde. [47] La densification peut évoluer en fibrose. La fibrose et l'aponévrite résultent d'un désordre du tissu conjonctif affecté par une hyperplasie et une hypertrophie des fibroblastes, due à un environnement inflammatoire chronique, des stress mécaniques non physiologiques et l'immobilité. Des phénomènes de calcification peuvent tout aussi bien être observés. [47] Ces variations morphologiques et fonctionnelles ont pu être vérifiées dans le tennis elbow, ou l'aponévrosite plantaire. [47] Les fibroblastes perdent leur direction physiologique, qui est déterminée par de nouveaux vecteurs de force pathologiques, révélant une organisation chaotique (déstructurée, NDTr). [47,62] En présence d'une aponévrite similaire au tissu cicatriciel, par exemple la contracture de Dupuytren, il y a un pourcentage accru de fibroblastes, qui se transforment ensuite en myofibroblastes, avec un changement de tension conséquent pour le tissu fascial ; le résultat est un cercle vicieux d'inflammation et d'activation des nocicepteurs. [62] L'évènement important qui doit être souligné est que le tissu conjonctif proche d'une aire fasciale en souffrance subit des stimulis mécaniques non physiologiques résultant en dégradations fonctionnelles supplémentaires dans les couches fasciales. [62] Ce mécanisme, qui altère la distribution correcte des tensions ressenties et générées (par le tissu conjonctif NDTr), concerne la totalité du continuum fascial, et toutes les structures qu'il entoure et soutient (ou nourrit, NDTr). [63-65] Scénarios cliniques : faits et hypothèses L'expérience a montré que les patients qui souffrent de douleurs lombaires chroniques présentent une inflammation des fascias locaux, des dégénérescences des fibres collagènes et des microcalcifications, approchant les 25% en moins d'épaisseur du tissu fascial périmusculaire en comparaison avec les sujets non souffrants. [47] Le fascia thoraco-lombaire en entier joue un rôle dans cette condition pathologique. [66] L'absence de glissement dans les différentes couches de la zone lombaire et l'altération morphologique des tissus (fasciaux NDTr) génère une tension mécanique non physiologique, résultant en symptômes de douleur lombaire. [66] Cette condition non physiologique développe un manque de coordination dans l'activation des muscles concernés par le fascia thoraco-lombaire, avec comme résultat une instabilité mécanique de la colonne lombaire et des douleurs. [67] Les symptômes douloureux sont intensifiés par le stress car le fascia est innervé par le système nerveux sympathique, spécialement dans les zones entourant les vaisseaux sanguins. Par conséquent, il est probable qu'il entraine vaso-spasmes et douleurs ischémiques. [47,68] Ceci affecte négativement la posture et la marche. [6,66] D'après les données courantes dans la littérature, nous pouvons assumer (affirmer NdTr) avec force que le tissu conjonctif est davantage sensible que le tissu musculaire dans l'activation des nocicepteurs et l'observation sur les animaux a montré que les neurones médullaires recevant des stimulis nociceptifs des fascias était 4% à 15% plus activés qu'en cas de fascia non enflammé, avec une inflammation du Muscle multifide (région lombaire basse) induite expérimentalement. [68-70] Le fascia thoraco-lombaire se poursuit avec le grand fessier et l'extrémité inférieure, incluant les fascias de la cuisse, de la jambe et l'aponévrose plantaire, du pied, et est en relation étroite avec le plancher pelvien. [65,71-77] Nous pouvons logiquement soulever l'hypothèse d'un problème d'instabilité dans la cheville causée par la connexion anatomique avec le fascia thoraco-lombaire, à cause d'une altération proprioceptive de la continuité fasciale et de la coordination musculaire en rapport. Il a été prouvé qu'une cheville en souffrance cause des désordres uro-génitaux et viscéraux tels des dyspareunies (difficultés ou douleurs lors de l'acte sexuel (NdTr)).[64] ceci peut être expliqué par les connexions musculaires existant entre le plancher pelvien et la cheville (grand droit abdominal, moyen adducteur et triceps sural), induisant une hypertonie de la musculature pelvienne, et par information nociceptive qui, au niveau médullaire, peut entrainer une communication métabolique et électrique antidromique, et impliquer un grand nombre de neurones du métamère, concernant ensuite le viscère (réflexe somato-viscéral). [64,65,78] Le continuum fascial peut aussi entrainer des symptomes dans des zones éloignées du point de dysfonction d'origine, rendant plus difficile le diagnostic du scénario clinique du patient. Pour cette raison, le patient doit être observé comme une seule entité et non comme une collection de segments de corps isolés. [1,65] Dans la cervicalgie atypique, une altération de l'épaisseur des couches fasciales a été vérifiée, avec comme conséquence une mobilité spinale (vertébrale) altérée et des douleurs. [3,51,79] Cette réduction du mouvement des couches fasciales est nommée stase fasciale, parce que dans cette situation, les fluides fasciaux circulent avec difficulté. L'appareil cervical a une importance fondamentale pour une occlusion correcte et l'équilibre postural. Son dysfonctionnement altère la mastication et la balance posturale. [80-83] Les muscles impliqués dans la mastication, avec l'ouverture et la fermeture de la mandibule, sont entourés par le fascia cervical : les muscles supra-hyoïdiens, le masséter, les ptérygoïdiens, les muscles linguaux et temporaux. [84,85] Nous pouvons raisonnablement soutenir qu'un désordre dentaire peut prendre son origine dans l'épaississement des couches fasciales cervicales ; dans ce cas de figure, une thérapie uniquement consacrée à restaurer la fonctionnalité de l'occlusion sera inefficace si le plan cervical n‘est pas traité. Le fascia cervical et le contrôle visuel sont en étroite relation. Il y a une variété de réflexes tels le réflexe oculo-vestibulaire (cad, les yeux bougent en réponse à une information vestibulaire), le réflexe optokinétique (Ils bougent en réponse à une stimulation de mouvement visible) et le réflexe oculo-cervical ou oculo-céphalogyre, intervenant quand la tête est en rotation, afin de stabiliser l'image sur la rétine pendant que la tête bouge.[86,87] N'importe quel dysfonctionnement dans la zone du fascia cervical posera problème pour ces réflexes.[86,87] Ceci est du au manque de coordination des zones musculaires appartenant aux couches fasciales cervicales, et à la connexion avec le fascia crânien. [87] Le fascia cervical postérieur superficiel (le prolongement du fascia thoraco-lombaire) qui entoure la ligne nuchale fusionne avec les deux-tiers supéro-latéraux du muscle fronto-occipital. [65,88] Le muscle fronto-occipital court depuis la zone des condyles de l'occiput sous le fascia crânien superficiel, puis à travers une ample aponévrose nommée Galea Aponévrotica, vient en contact avec le ventre musculaire du frontal, passant en pont par-dessus la zone entre os occipital et os frontal. [88] Le fascia superficiel du crâne est relié au fascia temporo-pariétal qui ensuite fusionne avec le ventre musculaire de la portion frontale. [88] Le muscle occipito-frontal est connecté avec le muscle de Muller (cad : le muscle releveur de la paupière NdT) (figure 3). [88] Le tissu conjonctif du muscle de Muller (cad : le muscle releveur de la paupière NdTr) est riche en mécanorécepteurs (idem découverte R Schleip, Note du traducteur), propres à induire une contraction réflexe du muscle occipito-frontal et garder les yeux alignés pour une posture correcte. [89] Quand il y a une réactivité exagérée des mécanorécepteurs du muscle de Muller, le muscle occipito-frontal est hyper stimulé avec comme résultante une tension chronique de la zone cervicale et des maux de tête.[90] Plus la paupière est abaissée, plus l'extension de la zone cervicale haute est nécessaire, de façon à conserver un bon champ visuel, avec une implication involontaire du système conjonctif des muscles, générant davantage d'hypertonie.[88] Le muscle occipito-frontal est important d'un point de vue ontologique aussi bien que pour la croissance d'un enfant, parce que sa tension est fondamentale pour un développement correct et une régulation morphologique du crâne, et également, il est essentiel pour son influence sur la symphyse sphéno-basilaire pendant la croissance, et pour faciliter le développement d'un bon système de phonation.[91] Le muscle de Muller (cad releveur de la paupière) est connecté avec la capsule de Tenon, entourant le globe oculaire ; en particulier, ils partagent un lien avec les muscles extraoculaires. La capsule de Tenon entoure le nerf optique jusqu'à sa terminaison dans l'œil, fusionnant avec le tissu méningé. [92,93] Nous pouvons avancer l'hypothèse qu'une tension dans l'aire fasciale de la zone cervicale haute va affecter la mobilité du globe oculaire, modifiant le champ visuel et la posture, ou entrainant des troubles liés à la traction fasciale sur le nerf optique, avec une altération des réflexes oculaires. Des études supplémentaires seront utiles. L'intégrité fonctionnelle et tensionnelle (mécanique, Note du traducteur) du tissu fascial joue un rôle majeur dans l'homéostasie de régulation, et garantit au patient une qualité de vie en terme de socialisation et d'indépendance. (figure 4) L'arbre vasculaire est entouré par le système conjonctif et sa continuité permet au myocarde d'avoir un effet sur toutes les zones perfusées par le sang avec sa systole et sa diastole. [7,94] Le cœur lui-même est entouré d'un réseau tridimensionnel de tissu conjonctif, qui le relie aux poumons et au fascia endothoracique. (Figure 5) [65,95-97] Ce dernier (fascia endothoracique, note du traducteur) est le prolongement du fascia cervical, qui rejoint le fascia endo et exo crânien à travers les feuilletsdure-mériens. [65] Le réseau cardio-vasculaire a son origine embryologique dans l'ectoderme et le mésoderme, ainsi que le tissu fascial. [8,10,98,99] Le passage du système nerveux, qu'il soit central ou périphérique, concerne le continuum fascial.[7,13-15] Cette connection rapprochée explique la mobilité du cerveau causée par les pulsations cardiovasculaires ; l'activité oscillatoire cérébrale est synchronisée avec la systole et la diastole cardiaque [100] Cette activité concerne l'axe spinal entier et entraîne une poussée caudale au foramen magnum, pendant la systole, et un réflexe crânien, durant la diastole. [100] L'oscillation cérébrale sus-mentionnée est perçue par les ostéopathes au travers des mouvements crâniens. [100,101] des recherches récentes ont prouvé que le toucher humain peut distinguer des objets extrèmement légers ou des vibrations légères. En palpation statique, l'échelle de discrimination en cas de vibration atteint 0,2 mm, alors que la discrimination en touchant une surface en mouvement se mesure en microns. [102] Les oscillations cérébrales ont une incidence sur la sécrétion de fluides cérébro-spinaux[100] Des études récentes ont montré que le LCR est drainé par le système lymphatique, s'écoulant du périnèvre et des gaines périvasculaires aux vaisseux lymphatiques. Quand il est dans le système lymphatique, le LCR s'écoule vers la lame criblée de l'ethmoïde et ensuite vers l'épithélium et la muqueuse nasale. (Figure 6) [103,104] À partir de là, un système de vaisseaux et de ganglions (nœuds) lymphatiques transportent le LCR au plancher de la bouche et au cou, s'engageant finalement dans le système veineux.[105,107] Quand le cœur souffre d'un trouble du rythme, les patients sont traités avec des drogues pour réguler le rythme ou l'arythmie, ou ils sont traités chirurgicalement, par exemple avec des ablations, ou avec le placement temporaire/définitif d'un pace maker et de défibrillateurs (défibrillateurs cardiaques implantables) (Fig 7) [108-110] Nous pouvons émettre l'hypothèse que le traitement pharmacologique ou chirurgical qui régule la fréquence cardiaque, aussi bien que l'altération du rythme, altère la production du LCR, et par conséquent altère négativement l'environnement du mucus nasal, entrainant des rhinites et des sinusites. Un déséquilibre dans la quantité de LCR peut altérer l'environnement immunologique, que ce soit cérébral ou systémique, car il transporte beaucoup de substances (cad des électrolytes, des catabolites, des hormones, des neuropeptides). [100,104,107] Une homéostasie perturbée du mucus nasal et du nerf olfactif peuvent entrainer des désordres des voies respiratoires supérieures, qui peuvent transporter des germes vers le cerveau, au travers des voies lymphatiques émanant du cerveau. [104] Nous pouvons émettre l'hypothèse que le traitement pharmacologique ou chirurgical qui régule la fréquence cardiaque, aussi bien que l'altération du rythme, altère la production du LCR, et par conséquent altère négativement l'environnement du mucus nasal, entrainant des rhinites et des sinusites. Un déséquilibre dans la quantité de LCR peut altérer l'environnement immunologique, que ce soit cérébral ou systémique, car il transporte beaucoup de substances (cad des électrolytes, des catabolites, des hormones, des neuropeptides). [100,104,107] Une homéostasie perturbée du mucus nasal et du nerf olfactif peuvent entrainer des désordres des voies respiratoires supérieures, qui peuvent transporter des germes vers le cerveau, au travers des voies lymphatiques émanant du cerveau. [104] Une lésion du nerf phrénique ou du nerf vague (X° nerf crânien ou pneumogastrique, NdT) entraine un dysfonctionnement dans l'activité contractile du muscle diaphragme.[65] Le diaphragme respiratoire et les nerfs qui l'activent électriquement appartiennent au continuum fascial, qui émerge, avec le tissu méningé intracrânien, passe à travers les fascia cervicaux, endothoracique et thoraco-lombaire, impliquant également les viscères de la cage thoracique. [65,111,112] Il a été prouvé que la respiration, particulièrement la respiration forcée, affecte la motilité cérébro-spinale et la synthèse de liquide céphalo-rachidien. [100] La respiration forcée provoque un mouvement caudal du cerveau, alors que l'inspiration forcée provoque le drainage de la tête.[100] Nous pouvons avancer la théorie que si le muscle diaphragmatique ne présente pas de contractions régulières, cela affecte négativement la production de LCR, mettant en danger la santé du patient. (Figure 8) La même activité vasomotrice des vaisseaux sanguins et lymphatiques qui est contrôlée par le système nerveux autonome, peut affecter la synthèse du LCR, bien que de façon moins importante et indépendamment du rythme cardiaque et respiratoire. [100] A nouveau, nous pouvons supposer qu'un dysfonctionnement du système sympathique, résultant d'une information nociceptive chronique émanant du tissu conjonctif, (par exemple due à une adhérence cicatricielle) (ou pourquoi pas, une compression-irritation au trou de conjugaison, en cas de pincement discal, extrapolation du traducteur) altère la synthèse du LCR, avec une réduction conséquente de l'homéostasie. [1] Conclusion Couramment, il y a peu d'informations sur les fonctions et les interactions entre le système fascial et le corps. Malheureusement, dans la littérature médicale, il y a peu de textes expliquant comment une stase fasciale ou une mobilité altérée des différentes couches de tissu conjonctif peuvent engendrer un problème clinique. Certainement, le fascia joue un rôle significatif dans la transmission des tensions mécaniques, dans le but de contrôler un environnement inflammatoire. Le fascia est la philosophie (l'âme ?) du corps, dans le sens où chaque région du corps est connectée à une autre, alors que l'ostéopathie est la philosophie de la médecine, dans le sens où le corps humain tout entier doit travailler en harmonie. Connaître et comprendre ce système complexe des couches fasciales est essentiel pour le clinicien, et tous les praticiens de santé, pour trouver la meilleure stratégie de santé pour le patient. Remerciements Nous voulons remercier Fabiola Marelli, la directrice du CRESO, Osteopathic Centre for Research and Studies, pour son amitié et son soutien. Les auteurs, que le traducteur remercie chaleureusement, mentionnent n'avoir aucun conflit d'intérêts lié à ce travail. Références 1. Bordoni B, Zanier E. Skin, fascias, and scars : symptoms and systemic connections.J Multidiscip Healthc.2013 ;7:11–24. 2. Abbott RD, Koptiuch C, Iatridis JC, Howe AK, Badger GJ, Langevin HM. Stress and matrix-responsive cytoskeletal remodeling in fibroblasts.J Cell Physiol.2013 ;228(1):50–57. 3. Stecco A, Gesi M, Stecco C, Stern R. Fascial components of the myofascial pain syndrome.Curr Pain Headache Rep.2013 ;17(8):352. 4. Buckley CD. Why does chronic inflammation persist : An unexpected role for fibroblasts.Immunol Lett.2011 ;138(1):12–14. 5. Bordoni B, Zanier E. Cranial nerves XIII and XIV : nerves in the shadows.J Multidiscip Healthc.2013 ;6:87–91. 6. Tozzi P. Selected fascial aspects of osteopathic practice.J Bodyw Mov Ther.2012 ;16(4):503–519. 7. Findley TW, Shalwala M. Fascia Research Congress evidence from the 100 year perspective of Andrew Taylor Still.J Bodyw Mov Ther.2013 ;17(3):356–364. 8. van der Wal J. The architecture of the connective tissue in the musculoskeletal system-an often overlooked functional parameter as to proprioception in the locomotor apparatus.Int J Ther Massage Bodywork.2009 ;2(4):9–23. 9. Bai Y, Yuan L, Soh KS, et al. Possible applications for fascial anatomy and fasciaology in traditional Chinese medicine.J Acupunct Meridian Stud.2010 ;3(2):125–132. 10. Buckley CD, Pilling D, Lord JM, Akbar AN, Scheel-Toellner D, Salmon M. Fibroblasts regulate the switch from acute resolving to chronic persistent inflammation.Trends Immunol.2001 ;22(4):199–204. 11. Guimberteau JC, Delage JP, McGrouther DA, Wong JK. The microvacuolar system : how connective tissue sliding works.J Hand Surg Eur Vol.2010 ;35(8):614–622. 12. Stecco C, Stern R, Porzionato A, et al. Hyaluronan within fascia in the etiology of myofascial pain.Surg Radiol Anat.2011 ;33(10):891–896. 13.Abu-Hijleh MF, Roshier AL, Al-Shboul Q, Dharap AS, Harris PF. The membranous layer of superficial fascia : evidence for its widespread distribution in the body.Surg Radiol Anat.2006 ;28(6):606–619. 14. Langevin HM, Cornbrooks CJ, Taatjes DJ. Fibroblasts form a body-wide cellular network.Histochem Cell Biol.2004 ;122(1):7–15. 15. Langevin HM, Bouffard NA, Fox JR, et al. Fibroblast cytoskeletal remodeling contributes to connective tissue tension.J Cell Physiol.2011 ;226(5):1166–1175. 16. Pollack GH. The Fourth Phase of Water : a role in fascia ?J Bodyw Mov Ther.2013 ;17(4):510–511. 17. Li HY, Chen M, Yang JF, et al. Fluid flow along venous adventitia in rabbits : is it a potential drainage system complementary to vascular circulations ?PLoS One.2012 ;7(7):e41395. 18. Lee BC, Yoon JW, Park SH, Yoon SZ. Toward a theory of the primo vascular system : a hypothetical circulatory system at the subcellular level.Evid Based Complement Alternat Med.2013 ;2013:961957. 19. Li HY, Yang JF, Chen M, et al. Visualized regional hypodermic migration channels of interstitial fluid in human beings : are these ancient meridians ?J Altern Complement Med.2008 ;14(6):621–628. 20. Park ES, Kim HY, Youn DH. The primo vascular structures alongside nervous system : its discovery and functional limitation.Evid Based Complement Alternat Med.2013 ;2013:538350. 21. Soh KS. Bonghan circulatory system as an extension of acupuncture meridians.J Acupunct Meridian Stud.2009 ;2(2):93–106. 22. Stecco C, Tiengo C, Stecco A, et al. Fascia redefined : anatomical features and technical relevance in fascial flap surgery.Surg Radiol Anat.2013 ;35(5):369–376. 23. Lee S, Joo KB, Song SY. Accurate definition of superficial and deep fascia.Radiology.2011 ;261(3):994.author reply 994–995 ; author reply 995. 24. Turrina A, Martínez-González MA, Stecco C. The muscular force transmission system : role of the intramuscular connective tissue.J Bodyw Mov Ther.2013 ;17(1):95–102. 25. Purslow PP. Muscle fascia and force transmission.J Bodyw Mov Ther.2010 ;14(4):411–417. 26. Stecco C, Gagey O, Belloni A, et al. Anatomy of the deep fascia of the upper limb. Second part : study of innervation.Morphologie.2007 ;91(292):38–43. 27. Authier FJ, Chariot P, Gherardi RK. Skeletal muscle involvement in human immunodeficiency virus (HIV)-infected patients in the era of highly active antiretroviral therapy (HAART)Muscle Nerve.2005 ;32(3):247–260. 28. McLoughlin DM, Spargo E, Wassif WS, et al. Structural and functional changes in skeletal muscle in anorexia nervosa.Acta Neuropathol.1998 ;95(6):632–640. 29. Olsson AH, Rönn T, Elgzyri T, et al. The expression of myosin heavy chain (MHC) genes in human skeletal muscle is related to metabolic characteristics involved in the pathogenesis of type 2 diabetes.Mol Genet Metab.2011 ;103(3):275–281. 30. Urbano-Márquez A, Fernández-Solà J. Effects of alcohol on skeletal and cardiac muscle.Muscle Nerve.2004 ;30(6):689–707. 31 .Diffee GM, Kalfas K, Al-Majid S, McCarthy DO. Altered expression of skeletal muscle myosin isoforms in cancer cachexia.Am J Physiol Cell Physiol.2002 ;283(5):C1376–C1382. 32. Sakkas GK, Ball D, Mercer TH, Sargeant AJ, Tolfrey K, Naish PF. Atrophy of non-locomotor muscle in patients with end-stage renal failure.Nephrol Dial Transplant.2003 ;18(10):2074–2081. 33. Couillard A, Prefaut C. From muscle disuse to myopathy in COPD : potential contribution of oxidative stress.Eur Respir J.2005 ;26(4):703–719. 34. Vescovo G, Serafini F, Facchin L, et al. Specific changes in skeletal muscle myosin heavy chain composition in cardiac failure : differences compared with disuse atrophy as assessed on microbiopsies by high resolution electrophoresis.Heart.1996 ;76(4):337–343. 35. Toffola ED, Sparpaglione D, Pistorio A, Buonocore M. Myoelectric manifestations of muscle changes in stroke patients.Arch Phys Med Rehabil.2001 ;82(5):661–665. 36. Ciciliot S, Rossi AC, Dyar KA, Blaauw B, Schiaffino S. Muscle type and fiber type specificity in muscle wasting.Int J Biochem Cell Biol.2013 ;45(10):2191–2199. 37. Bernardi P, Bonaldo P. Mitochondrial dysfunction and defective autophagy in the pathogenesis of collagen VI muscular dystrophies.Cold Spring Harb Perspect Biol.2013 ;5(5):a011387. 38. Giacomelli IL, Steidle LJ, Moreira FF, Meyer IV, Souza RG, Pincelli MP. Hospitalized patients with COPD : analysis of prior treatment.J Bras Pneumol.2014 ;40(3):229–237. 39. Stendardi L, Grazzini M, Gigliotti F, Lotti P, Scano G. Dyspnea and leg effort during exercise.Respir Med.2005 ;99(8):933–942. 40. Savage PA, Shaw AO, Miller MS, et al. Effect of resistance training on physical disability in chronic heart failure.Med Sci Sports Exerc.2011 ;43(8):1379–1386. 41. Erbs S, Höllriegel R, Linke A, et al. Exercise training in patients with advanced chronic heart failure (NYHA IIIb) promotes restoration of peripheral vasomotor function, induction of endogenous regeneration, and improvement of left ventricular function.Circ Heart Fail.2010 ;3(4):486–494. 42. Mastaglia FL. The relationship between muscle pain and fatigue.Neuromuscul Disord.2012 ;22(Suppl 3):S178–S180. 43. Clark AK, Old EA, Malcangio M. Neuropathic pain and cytokines : current perspectives.J Pain Res.2013 ;6:803–814. 44. Gan WQ, Man SF, Senthilselvan A, Sin DD. Association between chronic obstructive pulmonary disease and systemic inflammation : a systematic review and a meta-analysis.Thorax.2004 ;59(7):574–580. 45. Dixon DL, Griggs KM, Bersten AD, De Pasquale CG. Systemic inflammation and cell activation reflects morbidity in chronic heart failure.Cytokine.2011 ;56(3):593–599. 46. Duncan BB, Schmidt MI, Pankow JS, et al. Atherosclerosis Risk in Communities Study Low-grade systemic inflammation and the development of type 2 diabetes : the atherosclerosis risk in communities study.Diabetes.2003 ;52(7):1799–1805. 47. Liptan GL. Fascia : A missing link in our understanding of the pathology of fibromyalgia.J Bodyw Mov Ther.2010 ;14(1):3–12. 48. McPartland JM. Expression of the endocannabinoid system in fibroblasts and myofascial tissues.J Bodyw Mov Ther.2008 ;12(2):169–182. 49. Hicks MR, Cao TV, Campbell DH, Standley PR. Mechanical strain applied to human fibroblasts differentially regulates skeletal myoblast differentiation.J Appl Physiol (1985)2012 ;113(3):465–472. 50. Rowe PC, Fontaine KR, Violand RL. Neuromuscular strain as a contributor to cognitive and other symptoms in chronic fatigue syndrome : hypothesis and conceptual model.Front Physiol.2013 ;4:115. 51. Stecco A, Meneghini A, Stern R, Stecco C, Imamura M. Ultrasonography in myofascial neck pain : randomized clinical trial for diagnosis and follow-up.Surg Radiol Anat.2014 ;36(3):243–253. 52. Langevin HM, Nedergaard M, Howe AK. Cellular control of connective tissue matrix tension.J Cell Biochem.2013 ;114(8):1714–1719. 53. Eagan TS, Meltzer KR, Standley PR. Importance of strain direction in regulating human fibroblast proliferation and cytokine secretion : a useful in vitro model for soft tissue injury and manual medicine treatments.J Manipulative Physiol Ther.2007 ;30(8):584–592. 54. Cao TV, Hicks MR, Campbell D, Standley PR. Dosed myofascial release in three-dimensional bioengineered tendons : effects on human fibroblast hyperplasia, hypertrophy, and cytokine secretion.J Manipulative Physiol Ther.2013 ;36(8):513–521. 55. Deising S, Weinkauf B, Blunk J, Obreja O, Schmelz M, Rukwied R. NGF-evoked sensitization of muscle fascia nociceptors in humans.Pain.2012 ;153(8):1673–1679. 56. Shah JP, Gilliams EA. Uncovering the biochemical milieu of myofascial trigger points using in vivo microdialysis : an application of muscle pain concepts to myofascial pain syndrome.J Bodyw Mov Ther.2008 ;12(4):371–384. 57. Fernández-de-las-Peñas C, Dommerholt J. Myofascial trigger points : peripheral or central phenomenon ?Curr Rheumatol Rep.2014 ;16(1):395. 58. Muscolino JE. Abdominal wall trigger point case study.J Bodyw Mov Ther.2013 ;17(2):151–156. 59. Langevin HM. Connective tissue : a body-wide signaling network ?Med Hypotheses.2006 ;66(6):1074–1077. 60. Mori G, D'Amelio P, Faccio R, Brunetti G. The Interplay between the bone and the immune system.Clin Dev Immunol.2013 ;2013:720504. 61. Nakashima T, Takayanagi H. Osteoimmunology : crosstalk between the immune and bone systems.J Clin Immunol.2009 ;29(5):555–567. 62. Vi L, Feng L, Zhu RD, et al. Periostin differentially induces proliferation, contraction and apoptosis of primary Dupuytren's disease and adjacent palmar fascia cells.Exp Cell Res.2009 ;315(20):3574–3586. 63. Norris RA, Damon B, Mironov V, et al. Periostin regulates collagen fibrillogenesis and the biomechanical properties of connective tissues.J Cell Biochem.2007 ;101(3):695–711. 64. Kotarinos R. Myofascial pelvic pain.Curr Pain Headache Rep.2012 ;16(5):433–438. 65. Bordoni B, Zanier E. Anatomic connections of the diaphragm : influence of respiration on the body system.J Multidiscip Healthc.2013 ;6:281–291. 66. Langevin HM, Fox JR, Koptiuch C, et al. Reduced thoracolumbar fascia shear strain in human chronic low back pain.BMC Musculoskelet Disord.2011 ;12:203. 67. Willard FH, Vleeming A, Schuenke MD, Danneels L, Schleip R. The thoracolumbar fascia : anatomy, function and clinical considerations.J Anat.2012 ;221(6):507–536. 68. Tesarz J, Hoheisel U, Wiedenhöfer B, Mense S. Sensory innervation of the thoracolumbar fascia in rats and humans.Neuroscience.2011 ;194:302–308. 69. Hoheisel U, Taguchi T, Treede RD, Mense S. Nociceptive input from the rat thoracolumbar fascia to lumbar dorsal horn neurones.Eur J Pain.2011 ;15(8):810–815. 70. Schilder A, Hoheisel U, Magerl W, Benrath J, Klein T, Treede RD. Sensory findings after stimulation of the thoracolumbar fascia with hypertonic saline suggest its contribution to low back pain.Pain.2014 ;155(2):222–231. 71. Carvalhais VO, Ocarino Jde M, Araújo VL, Souza TR, Silva PL, Fonseca ST. Myofascial force transmission between the latissimus dorsi and gluteus maximus muscles : an in vivo experiment.J Biomech.2013 ;46(5):1003–1007. ] 72. Barker PJ, Hapuarachchi KS, Ross JA, Sambaiew E, Ranger TA, Briggs CA. Anatomy and biomechanics of gluteus maximus and the thoracolumbar fascia at the sacroiliac joint.Clin Anat.2014 ;27(2):234–240. 73. Huang BK, Campos JC, Michael Peschka PG, et al. Injury of the gluteal aponeurotic fascia and proximal iliotibial band : anatomy, pathologic conditions, and MR imaging.Radiographics.2013 ;33(5):1437–1452. 74. Stecco C, Pavan P, Pachera P, De Caro R, Natali A. Investigation of the mechanical properties of the human crural fascia and their possible clinical implications.Surg Radiol Anat.2014 ;36(1):25–32. 75. Pedrelli A, Stecco C, Day JA. Treating patellar tendinopathy with Fascial Manipulation.J Bodyw Mov Ther.2009 ;13(1):73–80. 76. Stecco C, Corradin M, Macchi V, et al. Plantar fascia anatomy and its relationship with Achilles tendon and paratenon.J Anat.2013 ;223(6):665–676. 77. Stecco A, Antonio S, Gilliar W, et al. The anatomical and functional relation between gluteus maximus and fascia lata.J Bodyw Mov Ther.2013 ;17(4):512–517. 78. Li S, Kukulka CG, Rogers MW, Brunt D, Bishop M. Sural nerve evoked responses in human hip and ankle muscles while standing.Neurosci Lett.2004 ;364(2):59–62. 79. Tozzi P, Bongiorno D, Vitturini C. Fascial release effects on patients with non-specific cervical or lumbar pain.J Bodyw Mov Ther.2011 ;15(4):405–416. 80. El Hage Y, Politti F, Herpich CM, et al. Effect of facial massage on static balance in individuals with temporomandibular disorder – a pilot study.Int J Ther Massage Bodywork.2013 ;6(4):6–11. 81. Ohlendorf D, Riegel M, Lin Chung T, Kopp S. The significance of lower jaw position in relation to postural stability. Comparison of a premanufactured occlusal splint with the Dental Power Splint.Minerva Stomatol.2013 ;62(11–12):409–417. 82. Sforza C, Tartaglia GM, Solimene U, Morgun V, Kaspranskiy RR, Ferrario VF. Occlusion, sternocleidomastoid muscle activity, and body sway : a pilot study in male astronauts.Cranio.2006 ;24(1):43–49. 83. Otadi K, Hadian MR, Talebian S, Shadmehr A, Emamdoost S, Shahriar G. The effect of myofascial neck pain on postural control : visual deprivation.J Back Musculoskelet Rehabil.2013 ;26(4):375–380. 84. Guidera AK, Dawes PJ, Fong A, Stringer MD. Head and neck fascia and compartments : No space for spaces.Head Neck.2014 ;36(7):1058–1068. 85. Warshafsky D, Goldenberg D, Kanekar SG. Imaging anatomy of deep neck spaces.Otolaryngol Clin North Am.2012 ;45(6):1203–1221. 86. Kelders WP, Kleinrensink GJ, van der Geest JN, Feenstra L, de Zeeuw CI, Frens MA. Compensatory increase of the cervico-ocular reflex with age in healthy humans.J Physiol.2003 ;553(Pt 1):311–317. 87. Bexander CS, Hodges PW. Cervico-ocular coordination during neck rotation is distorted in people with whiplash-associated disorders.Exp Brain Res.2012 ;217(1):67–77. 88. Kushima H, Matsuo K, Yuzuriha S, Kitazawa T, Moriizumi T. The occipitofrontalis muscle is composed of two physiologically and anatomically different muscles separately affecting the positions of the eyebrow and hairline.Br J Plast Surg.2005 ;58(5):681–687. 89. Matsuo K, Osada Y, Ban R. Electrical stimulation to the trigeminal proprioceptive fibres that innervate the mechanoreceptors in Müller's muscle induces involuntary reflex contraction of the frontalis muscles.J Plast Surg Hand Surg.2013 ;47(1):14–20. 90. Matsuo K, Ban R. Surgical desensitisation of the mechanoreceptors in Müller's muscle relieves chronic tension-type headache caused by tonic reflexive contraction of the occipitofrontalis muscle in patients with aponeurotic blepharoptosis.J Plast Surg Hand Surg.2013 ;47(1):21–29. 91. Standerwick RG, Roberts WE. The aponeurotic tension model of craniofacial growth in man.Open Dent J.2009 ;3:100–113. 92. Kakizaki H, Takahashi Y, Nakano T, et al. Anatomy of Tenons capsule.Clin Experiment Ophthalmol.2012 ;40(6):611–616. 93. Kakizaki H, Takahashi Y, Nakano T, et al. Müller's muscle : a component of the peribulbar smooth muscle network.Ophthalmology.2010 ;117(11):2229–2232. 94. Tsamis A, Krawiec JT, Vorp DA. Elastin and collagen fibre microstructure of the human aorta in ageing and disease : a review.J R Soc Interface.2013 ;10(83):20121004. 95. Burlew BS, Weber KT. Connective tissue and the heart. Functional significance and regulatory mechanisms.Cardiol Clin.2000 ;18(3):435–442. 96. Rabinowitz JG, Cohen BA, Mendleson DS. Symposium on Nonpulmonary Aspects in Chest Radiology. The pulmonary ligament.Radiol Clin North Am.1984 ;22(3):659–672. 97. Nappi G, Tritto FP, Falco A, Longobardi F, Cotrufo M. New surgical technique for harvesting the internal mammary artery.Tex Heart Inst J.1994 ;21(2):134–137. 98.Kodo K, Yamagishi H. A decade of advances in the molecular embryology and genetics underlying congenital heart defects.Circ J.2011 ;75(10):2296–2304. 99. Santoro MM, Pesce G, Stainier DY. Characterization of vascular mural cells during zebrafish development.Mech Dev.2009 ;126(8–9):638–649 . 100. Whedon JM, Glassey D. Cerebrospinal fluid stasis and its clinical significance.Altern Ther Health Med.2009 ;15(3):54–60. 101. Gard G. An investigation into the regulation of intra-cranial pressure and its influence upon the surrounding cranial bones.J Bodyw Mov Ther.2009 ;13(3):246–254. 102. Skedung L, Arvidsson M, Chung JY, Stafford CM, Berglund B, Rutland MW. Feeling small : exploring the tactile perception limits.Sci Rep.2013 ;3:2617. 103. Bulat M, Klarica M. Recent insights into a new hydrodynamics of the cerebrospinal fluid.Brain Res Rev.2011 ;65(2):99–112. 104. Gay F. Bacterial toxins and multiple sclerosis.J Neurol Sci.2007 ;262(1–2):105–112. 105. Johnston M, Zakharov A, Papaiconomou C, Salmasi G, Armstrong D. Evidence of connections between cerebrospinal fluid and nasal lymphatic vessels in humans, non-human primates and other mammalian species.Cerebrospinal Fluid Res.2004 ;1(1):2. 106. Pan WR, le Roux CM, Levy SM, Briggs CA. The morphology of the human lymphatic vessels in the head and neck.Clin Anat.2010 ;23(6):654–661. 107. Sakka L, Coll G, Chazal J. Anatomy and physiology of cerebrospinal fluid.Eur Ann Otorhinolaryngol Head Neck Dis.2011 ;128(6):309–316. 108. Zhong L, Gao Y, Xia H, Li X, Wei S. Percutaneous coronary intervention delays pacemaker implantation in coronary artery disease patients with established bradyarrhythmias.Exp Clin Cardiol.2013 ;18(1):17–21. 109. Health Quality Ontario Implantable cardioverter defibrillators. Prophylactic use : an evidence-based analysis.Ont Health Technol Assess Ser.2005 ;5(14):1–74. 110. Giamberti A, Chessa M, Abella R, et al. Surgical treatment of arrhythmias in adults with congenital heart defects.Int J Cardiol.2008 ;129(1):37–41. 111. Gervasio A, Mujahed I, Biasio A, Alessi S. Ultrasound anatomy of the neck : The infrahyoid region.J Ultrasound.2010 ;13(3):85–89. 112. Miyake N, Takeuchi H, Cho BH, Murakami G, Fujimiya M, Kitano H. Fetal anatomy of the lower cervical and upper thoracic fasciae with special reference to the prevertebral fascial structures including the suprapleural membrane.Clin Anat.2011 ;24(5):607–618. 113. Anastasi, et al.AA VV, Anatomia dell'uomo.4th ed. Edi.ermes, Milano : [Accessed September 9, 2014]. (Human Anatomy). Available from :http://www.eenet.it. 114 R Schleip. Le fascia contractile. Robert Schleip, Directeur du Projet de Recherche sur le fascia, à Ulm, Allemagne, Plasticité fasciale, une nouvelle explication neurobiologique (2003) www.somatics.de/FascialPlasticity/french.pdf. - Consulté le 14 aout 2012. Cf. également la fiche de présentation le concernant : www.bodyworkcpd.co.uk/presenters/schleip.htm Voir en ligne : Clinical and symptomatological reflections : the fascial system Les articles du Journal of Multidisciplinary Healthcare sont fournis avec l'autorisation de Dove Press. 1ère publication sur le Site de l'Ostéopathie le 16-11-2015
  • Janvier 2019

    4 février, par Jean Louis Boutin, Ostéo4pattes-Vetosteo, Thomas Pernot — Dans la presse....
    Sommaire Témoignage : Tu aurais 17 (...) Décès de Bernard Darraillans Violence conjugales : un (...) Revue du Web Articles scientifiques Revues et journaux Politique Livres Témoignage : Tu aurais 17 ans mon fils Ce témoignage bouleversant de PerrUche en Automne est un véritable cri d'amour et de tristesse de la perte de son fils à la naissance. La douleur reste toujours présente et PerrUche montre bien la difficulté de surmonter l'épreuve de la perte d'un enfant... Ce témoignage, écrit à la suite d'un mauvais acte politique du pouvoir en place qui a refusé d'allonger la durée du congé paternel à la suite de la perte d'un enfant - acte tout bonnement scandaleux à mes yeux. Dans ce témoignage, je mets en exergue ceci qui correspond à mon engagement personnel et que j'aimerai bien que d'autres le suivent : La grandeur de l'homme est de pouvoir se lever quand une décision inique lui est proposé au delà de ses engagements partisans. Lire le texte de PerrUche en Automne (3/02/2020) : Tu aurais 17 ans mon fils Et pour comprendre ce cri de colère, de douleur et d'amour, lire l'article que Télérama consacre à cette décision scandaleuse : Deuil d'un enfant : pour les députés LREM, un congé de 12 jours pénaliserait l'entreprise (Télérama, Olivier Milot, 30/01/2020) Décès de Bernard Darraillans Nous apprenons le décès de Bernard Darraillans survenu le 21 janvier 2020. Ostéopathe, auteur de plusieurs livres avec Michel Clauzade sur l'ostéopathie et les dents dont : L'homme, le crâne, les dents (1992). Ses obsèques ont eu lieu le 24 janvier à la Cathédrale Saint Jean Baptiste de Perpignan Toutes nos condoléances à sa famille et à ses proches. Violence conjugales : un livret pour repérer les auteurs de ces violences conjugales L'Union Européenne vient de publier un livret de 48 pages (format pdf) pour permettre aux professionnel.les de première ligne de repérer et d'inciter les hommes auteurs de violences conjugales à se faire aider. En Europe, plus d'une femme sur 5 (soit 22%) ont subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur compagnon ou ex compagnon, et 43% des femmes, des violences psychologiques1. L'impact des violences conjugales sur la santé et le bien-être des victimes, est colossal. Leurs conséquences à long-terme sur l'ensemble des personnes concernées (dont l'auteur des violences) le sont aussi. Prendre des mesures pour protéger les victimes est essentiel. Pour être efficace, une politique globale de lutte contre les violences conjugales doit inclure un travail avec les auteurs de violences. La Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique (Convention d'Istanbul) impose aux États membres de l'Union européenne, d'investir dans des programmes destinés aux auteurs de violences conjugales et aux délinquants sexuels (Article 16, Hester et Lilley, 2014). Pourquoi un manuel ? Ce manuel est destiné aux professionnel.les de première ligne (santé, services sociaux, Protection de l'enfance, police, etc.) qui, de par leur fonction, reçoivent des hommes auteurs de violences à l'encontre de leur compagne2. La majorité des victimes ont deux requêtes : que l'on entreprenne un travail avec leur conjoint, pour l'aider à changer, et qu'on les protège, ainsi que leurs enfants, de sa violence. Travailler avec ces hommes afin qu'ils modifient leur comportement constitue donc une étape clé dans la prévention des violences conjugales. Il est conçu pour les professionnel.les de première ligne qui sont amené.es à être en contact avec des hommes violents ou maltraitants. Ce contact peut se faire de trois manières : - Les hommes qui fréquentent ces services : certains parleront de leur comportement violent et demanderont de l'aide, d'autres se présenteront comme victimes de la violence de leur femme ; la plupart d'entre eux cependant, ne mentionneront pas les violences, tout en présentant des problèmes éventuellement concomitants (alcool, stress, dépression, problèmes de couple). - Les conjoints de femmes fréquentant ces services : certains hommes insistent pour accompagner leur compagne aux rendez-vous et/ou parlent à sa place (l'air attentionné, protecteur). - Les pères de mineur.es suivi.es par ces services : si vous suivez des enfants victimes de violence conjugale, il vous arrive peut-être de voir l'auteur des violences, par exemple lors d'une visite au domicile, ou d'une réunion avec la Protection de l'enfance. Vos réactions à toute information pourront influer sur la responsabilisation des auteurs et leur désir de changer. Le premier objectif d'un travail avec les auteurs, est de garantir la sécurité des femmes et des enfants. - Télécharger le rapport de l'U.E. : Manuel ENGAGE Revue du Web France Bleu Puy de Dôme - La vie au quotidien : L'ostéopathie… C'est quoi et c'est pour qui ? L'ostéopathie pour tous ? À partir de quel âge peut-on aller chez un ostéopathe ? Pourquoi nous conseille-t-on de voir un ostéopathe régulièrement ? Peut-il prescrire des médicaments ? Est-ce que c'est mauvais quand on en fait très souvent ? Que peut-on traiter ? quelles sont les différentes techniques en ostéopathie ?? Quand on attend un enfant peut-on consulter un ostéopathe ? Écouter l'émission de Lucie Agostinho (Diffusion du vendredi 10 janvier 2020 Durée : 46min) : L'ostéopathie… C'est quoi et c'est pour qui ? Femme actuelle - Indications, prise en charge, efficacité : 5 choses à savoir sur la chiropraxie Cette thérapie manuelle, encore mal connue du grand public, soulage efficacement les pathologies liées, de loin ou de près, au squelette. On fait le tour des idées reçues à son propos. La chiropraxie est assez proche de l'ostéopathie - Il s'agit de deux disciplines de thérapie manuelle. Mais le chiropracteur dispose également d'outils spécifiques qui lui permettent de réaliser des manipulations instrumentales ou mécaniquement assistées comme la table dite à "drop". Équipée d'un support réglable en hauteur sur lequel est posé l'articulation à traiter, elle permet un geste plus précis, puissant et rapide qui va soulager le patient. Lire l'article de Sophie Pensa (06/01/2020) : Indications, prise en charge, efficacité : 5 choses à savoir sur la chiropraxie Marie Claire - Le pouvoir des étirements Adieu, le stretching passif des années 90. Bonjour, les assouplissements intelligents qui mobilisent les chaînes musculaires dans leur globalité. Les récentes découvertes physiologiques nourrissent de nouvelles disciplines qui font de l'étirement une science. Lire l'article de Nadia Hamam (06/01/2020) : Le pouvoir des étirements The Warning - Soulager le mal au coccyx : l'ostéopathie est-elle une bonne idée ? La posture que nous adoptons au travail au quotidien peut engendrer certaines douleurs, lorsqu'elle est mauvaise. Les cas de chutes ou d'accidents sont aussi des situations qui peuvent aggraver les douleurs musculaires ou osseuses dont nous souffrons. Dans ces cas, nos os peuvent recevoir des chocs et devenir douloureux. Vous avez certainement entendu parler du mal au coccyx. Il s'agit d'une douleur osseuse qu'on ressent dans le bas du dos et qui peut constituer un réel handicap pour les personnes qui en souffrent. C'est donc un mal qu'il ne faut pas prendre à la légère. Recourir à l'ostéopathie peut être une excellente option dans ce cas, pour vous soulager rapidement. Dans cet article, vous découvrirez comment il est possible de faire disparaître ces maux au coccyx grâce à l'ostéopathie. Lire l'article de Catherine (22/01/2020) : Soulager le mal au coccyx : l'ostéopathie est-elle une bonne idée ? Articles scientifiques Clinical Therapeutics - Efficacité du programme d'hypnose dans une intervention de soins à domicile de 12 semaines pour gérer la douleur chronique chez les femmes âgées : un essai pilote Auteurs : Billot M, Jaglin P, Rainville P, Rigoard P, Langlois P, Cardinaud N, Tchalla A, Wood C. Titre original : Effectiveness in a 12-week Home Care Intervention To Manage Chronic Pain in Elderly Women. Clinical Therapeutics. 2019 Dec 05. doi : 10.1016/j.clinthera.2019.11.007. PMID : 31813542 Résumé (traduction Google) Objectif : Comme la prévalence de la douleur augmente avec l'âge, la prise de trop de médicaments peut entraîner des effets secondaires négatifs chez les patients âgés. Alors que les preuves dans la littérature ont montré que l'hypnose clinique est efficace dans une population adulte, il existe peu d'études sur une population vieillissante et l'efficacité n'a jamais été établie dans un contexte de soins à domicile. Le but de cette étude était de déterminer les effets d'un programme d'hypnose dispensé lors d'interventions de soins à domicile chez des femmes âgées au cours d'une période de 12 semaines. Méthodes : Cet essai pilote s'est déroulé d'avril 2016 à octobre 2017 à Limoges, en France. Quinze femmes âgées souffrant de douleur chronique ont participé (81 (65–87) ans). Tous les participants ont présenté une douleur chronique pendant plus de 6 mois (critères d'inclusion : score moyen de douleur> 4/10). Les participants ont pris part à trois séances d'hypnose de 15 minutes séparées de quatre à six semaines. Chaque séance d'hypnose a été personnalisée et réalisée avec induction, altération de la perception de la douleur et suggestions post-hypnotiques. La perception de la douleur et l'interférence de la douleur ont été évaluées avec le questionnaire Brief Pain Inventory et comparées entre avant et après le programme d'hypnose de 12 semaines. Résultats : Le programme d'hypnose à domicile a considérablement amélioré les scores sur les pires (8,9 à 6,7, P <0,001), la moyenne (6,8 à 5,1, P <0,001) et la perception actuelle de la douleur (6,5 à 3,9, P <0,001), l'interférence de la douleur avec l'activité physique ( P <0,001) et avec des facteurs socio-affectifs ( P <0,01). Implications : Ensemble, ces résultats montrent qu'une intervention d'hypnose est faisable et efficace pour gérer la douleur chez une population âgée. Mots clés : vieillissement , soins à domicile , hypnose , douleur Lire l'article (accès payant) : Effectiveness in a 12-week Home Care Intervention To Manage Chronic Pain in Elderly Women.(19)30568-5/abstract JAOA - Épuisement professionnel, stress perçu, qualité du sommeil et utilisation des téléphones intelligents : un sondage auprès des étudiants en médecine ostéopathique Auteurs : Jennifer R. Brubaker, MS, OMS IV ; Elizabeth A. Beverly, PhD Abstrait Contexte : L'épuisement professionnel est un syndrome psychologique qui résulte d'une exposition prolongée à des activités de travail stressantes et comprend 3 dimensions : l'épuisement émotionnel (EE), la dépersonnalisation (DP) et le faible sentiment d'accomplissement personnel (PA). L'épuisement professionnel est un problème répandu dans de nombreuses professions, mais il est particulièrement élevé chez les étudiants en médecine, les résidents et les médecins en début de carrière par rapport aux diplômés des collèges d'âge similaire. Cependant, peu de recherches ont porté sur l'épuisement professionnel chez les étudiants en médecine ostéopathique. Objectif : Évaluer les niveaux d'épuisement professionnel chez les étudiants en médecine ostéopathique et examiner la relation entre l'épuisement professionnel, le stress perçu, la qualité du sommeil et l'utilisation du téléphone intelligent. Méthodes : Cette étude a utilisé un modèle d'étude transversale et un service de questionnaire électronique anonyme pour administrer l'inventaire de Maslach Burnout, la Perceived Stress Scale-4, le Pittsburgh Sleep Quality Index et la Smartphone Addiction Scale Short Version. Résultats : Un total de 385 participants (âge moyen [ET], 25 [2,4] ans ; 208 [54,0%] femmes ; 286 [74,3%] blancs ; 138 [35,8%] étudiants en deuxième année en médecine ostéopathique [OMS]) ont terminé le sondage. Sur les 385 participants, 9 (2,3%) ont déclaré une EE élevée, 67 (17,4) ont déclaré une DP élevée et 310 (80,5) ont signalé un niveau élevé d'AP faible. Lorsque l'on compare les dimensions du burnout par sexe, seuls les niveaux d'AP diffèrent selon le sexe, les hommes déclarant des niveaux de burnout plus élevés que les femmes (χ 1 2 = 5,2, P = 0,022). De plus, les niveaux de DP différaient selon l'année à l'école de médecine (χ 2 = 17,3, P = 0,008), avec des comparaisons post-hoc montrant des différences entre OMS I et OMS III ( F = 4,530, df= 3, P = 0,004). Les modèles de régression linéaire ont montré qu'un stress perçu plus élevé (β normalisé = 0,5, P <0,001), une mauvaise qualité du sommeil (β normalisée = 0,2, P = 0,001) et des scores de dépendance aux smartphones plus élevés (β normalisé = 0,1, P <0,001 ) étaient associés à une EE plus élevée. De même, un stress perçu plus élevé (β normalisé = 0,2, P <0,001), une mauvaise qualité du sommeil (β normalisée = 0,2, P = 0,001) et des scores de dépendance aux smartphones plus élevés (β normalisé = 0,2, P = 0,001) ont été associés avec un DP plus élevé. Seul un stress perçu plus élevé était associé à des niveaux plus élevés de faible PA (β normalisé = −0,4, P <0,001). Conclusions : Ces résultats suggèrent des associations indépendantes avec l'EE, le DP, le stress perçu, la qualité du sommeil et l'utilisation du smartphone. Des recherches supplémentaires avec un échantillon plus grand et plus diversifié sont nécessaires pour confirmer ces résultats. Si elles sont confirmées, les interventions de bien-être peuvent être conçues pour cibler 2 facteurs modifiables : la qualité du sommeil et l'utilisation du smartphone. Traduction Google The Journal of the American Osteopathic Association , janvier 2020 , vol. 120, 6-17. doi : https://doi.org/10.7556/jaoa.2020.004 BMC Musculoskeletal Disorders - Thérapie craniosacrée pour la douleur chronique : une revue systématique et une méta-analyse d'essais contrôlés randomisés Auteurs : et al. BMC Musculoskelet Disord 21, 1 (2020) doi : 10.1186 / s12891-019-3017-y Article en accès libre Abstrait Objectifs : Évaluer systématiquement les preuves de la thérapie craniosacrale (CST) pour le traitement de la douleur chronique. Méthodes : PubMed, Central, Scopus, PsycInfo et Cinahl ont été fouillés jusqu'en août 2018. Les essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant les effets du CST chez les patients souffrant de douleur chronique étaient éligibles. Les différences moyennes standardisées (SMD) et les intervalles de confiance (IC) à 95% ont été calculés pour l'intensité de la douleur et l'incapacité fonctionnelle (critères de jugement principaux) en utilisant la correction de Hedges pour les petits échantillons. Les résultats secondaires comprenaient la qualité de vie physique / mentale, l'amélioration globale et la sécurité. Le risque de biais a été évalué à l'aide de l'outil Cochrane. Résultats Dix ECR portant sur 681 patients souffrant de douleurs au cou et au dos, de migraines, de maux de tête, de fibromyalgie, d'épicondylite et de douleurs des ceintures pelviennes ont été inclus. Le CST a montré des effets post-intervention plus importants sur : l'intensité de la douleur (SMD = -0,32, IC 95% = [- 0,61, -0,02]) et l'incapacité (SMD = -0,58, IC 95% = [- 0,92, -0,24]) par rapport à traitement comme d'habitude ; sur l'intensité de la douleur (SMD = -0,63, IC à 95% = [- 0,90, -0,37]) et l'incapacité (SMD = -0,54, IC à 95% = [- 0,81, -0,28]) par rapport à une imposture manuelle / non manuelle ; et sur l'intensité de la douleur (SMD = -0,53, IC à 95% = [- 0,89, -0,16]) et l'invalidité (SMD = -0,58, IC à 95% = [- 0,95, -0,21]) par rapport aux traitements manuels actifs. À six mois, le CST a montré des effets plus importants sur l'intensité de la douleur (SMD = -0,59, IC à 95% = [- 0,99, -0,19]) et l'invalidité (SMD = -0,53, IC à 95% = [- 0,87, -0,19]) par rapport à faux. Les résultats secondaires étaient tous nettement plus améliorés chez les patients CST que dans les autres groupes, à l'exception de la qualité de vie mentale de six mois par rapport à la simulation. Les analyses de sensibilité ont révélé des effets robustes du CST contre la plupart des risques de domaines de biais. Cinq des 10 ECR ont rapporté des données de sécurité. Aucun incident malencontreux n'est survenu. Les événements indésirables mineurs ont été également répartis entre les groupes. Discussion Chez les patients souffrant de douleur chronique, cette méta-analyse suggère des effets significatifs et robustes du CST sur la douleur et la fonction pouvant durer jusqu'à six mois. Plus d'ECR suivant strictement CONSORT sont nécessaires pour corroborer davantage les effets et la sécurité du CST sur la douleur chronique. BMC Musculoskelet Disord - Haller, H., Lauche, R., Sundberg, T. et al. : Thérapie craniosacrale pour la douleur chronique : une revue systématique et une méta-analyse d'essais contrôlés randomisés. JAOA - Médecine manipulatrice crânienne ostéopathique : Techniques de lifting frontal et pariétal Auteurs : Dunia Mardini, OMS III ; Nicole Peña, DO ; Joel Talsma, MS ; Stacey Pierce-Talsma, DO The Journal of the American Osteopathic Association , décembre 2019 , vol. 119, e44-e45. doi : https://doi.org/10.7556/jaoa.2019.139 Résumé La médecine manipulatrice crânienne ostéopathique (OCMM) est une modalité de traitement qui se concentre sur l'optimisation du mouvement du mécanisme respiratoire primaire (MRP). Ce mécanisme comprend les composants anatomiques et physiologiques de la motilité inhérente du système nerveux central, la fluctuation du liquide céphalorachidien, la mobilité articulaire des os crâniens, la mobilité des membranes crâniennes, y compris la dure-mère, et la mobilité du sacrum entre l'iléon. Un dysfonctionnement du MRP peut survenir ante partum, pendant l'accouchement, ou être causé ou aggravé par des blessures traumatiques plus tard dans la vie. De nombreuses conditions peuvent être aidées par un traitement manipulateur ostéopathique, y compris l'OCMM. Ces conditions incluent des maux de tête ; douleur orofaciale ; emprisonnement du nerf crânien ; vertige ; acouphène ; traumatisme crânien fermé et commotion cérébrale ; dysfonction articulaire temporo-mandibulaire ; un dysfonctionnement oculaire, tel que le strabisme et l'astigmatisme ; diverses affections oto-rhino-laryngologiques, telles qu'un dysfonctionnement de la trompe d'Eustache, une otite moyenne et une pharyngite chronique ; douleur dentaire et malocclusion ; et la plagiocéphalie et les difficultés d'alimentation chez les enfants. 1 , 3 De petites études pilotes ont également montré que l'OCMM et les techniques crânio-sacrées connexes peuvent réduire les symptômes associés à des troubles neurologiques et psychiatriques plus graves, tels que la paralysie cérébrale, le trouble de stress post-traumatique et le trouble du déficit de l'attention / hyperactivité. JAOA - Médecine manipulatrice crânienne ostéopathique : Techniques de lifting frontal et pariétal JAMA Oncologie - Preuve clinique pour l'association de l'acupuncture et de l'acupression à une douleur cancéreuse améliorée - Une revue systématique et une méta-analyse Auteurs : Yihan He, PhD, ; Xinfeng Guo, PhD ; Brian H. May, PhD ; et al JAMA Oncol. Published online December 19, 2019. doi:10.1001/jamaoncol.2019.5233 Points clés Question : L'utilisation de l'acupuncture et de l'acupression est-elle associée à une meilleure gestion de la douleur cancéreuse par rapport à une intervention fictive et / ou à un traitement analgésique seul ? Résultats : Dans cette revue systématique de 17 essais cliniques randomisés et méta-analyse de 14 essais dans la littérature actuelle en anglais et en chinois, une association significative a été trouvée entre l'acupuncture réelle (par rapport à la simulation) et la réduction de la douleur, et l'acupuncture combinée avec le traitement analgésique a été associé à une diminution de l'utilisation d'analgésiques. Cependant, l'hétérogénéité a abaissé le niveau de certitude des preuves. Signification : Cette étude a trouvé un niveau de preuve modéré que l'acupuncture et / ou l'acupression était significativement associée à une intensité de la douleur plus faible chez les patients atteints de cancer par rapport à un contrôle factice, ce qui suggère un potentiel pour une combinaison d'acupuncture et d'acupression pour aider à réduire les doses d'opioïdes chez les patients avec un cancer. Résumé Importance : La recherche sur l'acupuncture et l'acupression et leur application pour la douleur cancéreuse se développe, mais les résultats sont contradictoires. Objectif : Évaluer les essais cliniques randomisés (ECR) existants pour trouver des preuves de l'association de l'acupuncture et de l'acupression avec la réduction de la douleur cancéreuse. Sources de données :Trois bases de données de langue anglaise (PubMed, Embase et CINAHL) et 4 bases de données biomédicales de langue chinoise (base de données de littérature biomédicale chinoise, base de données VIP pour les périodiques techniques chinois, infrastructure de connaissances nationale de Chine et Wanfang) ont été recherchées pour les ECR publiés à partir de la base de données création jusqu'au 31 mars 2019. Sélection des études : Des essais cliniques randomisés comparant l'acupuncture et l'acupression à un contrôle factice, une thérapie analgésique ou des soins habituels pour gérer la douleur cancéreuse ont été inclus. Extraction et synthèse des données : Les données ont été triées et extraites indépendamment à l'aide de formulaires prédéfinis. La qualité des ECR a été évaluée avec l'outil de risque de biais de la Cochrane Collaboration. La modélisation à effets aléatoires a été utilisée pour calculer la taille des effets des ECR inclus. La qualité des preuves a été évaluée à l'aide de l'approche Grading of Recommendations Assessment, Development and Evaluation. Principaux résultats et mesures : Le critère de jugement principal était l'intensité de la douleur mesurée par le bref inventaire de la douleur, l'échelle de notation numérique, l'échelle visuelle analogique ou l'échelle de notation verbale. Résultats : Un total de 17 ECR (avec 1111 patients) ont été inclus dans la revue systématique, et les données de 14 ECR (avec 920 patients) ont été utilisées dans la méta-analyse. Sept ECR contrôlés de façon fictive (35%) étaient remarquables pour leur haute qualité, jugés comme présentant un faible risque de biais pour tous leurs domaines, et ont montré que l'acupuncture réelle (par rapport à la simulation) était associée à une intensité de la douleur réduite (différence moyenne [MD], −1,38 points ; IC 95%, −2,13 à −0,64 points ; I 2 = 81%). Une association favorable a également été observée lorsque l'acupuncture et l'acupression ont été combinées à un traitement analgésique dans 6 ECR pour réduire l'intensité de la douleur (DM, −1,44 points ; IC à 95%, −1,98 à −0,89 ; I 2 = 92%) et dans 2 ECR pour réduire la dose d'opioïdes (DM, −30,00 mg de morphine en dose journalière équivalente ; IC à 95%, −37,5 mg à −22,5 mg). Le niveau de preuve était modéré en raison de l'hétérogénéité substantielle entre les études. Conclusions et pertinence : Cette revue systématique et méta-analyse a révélé que l'acupuncture et / ou l'acupression était significativement associée à une réduction de la douleur cancéreuse et à une diminution de l'utilisation d'analgésiques, bien que le niveau de preuve soit modéré. Cette découverte suggère que des essais plus rigoureux sont nécessaires pour identifier l'association de l'acupuncture et de l'acupression avec des types spécifiques de douleur cancéreuse et pour intégrer ces preuves dans les soins cliniques afin de réduire la consommation d'opioïdes. Lire l'article sur JAMA Oncologie (accès libre à l'article) : Clinical Evidence for Association of Acupuncture and Acupressure With Improved Cancer PainA Systematic Review and Meta-Analysis Revues et journaux International Journal of Osteopathic Medicine Articles publiés en janvier 2020 : Sélection - Une approche ostéopathique de l'ophtalmopathie de Graves : un rapport de cas - Gabrielle McDermott, Yasmin Qureshi, Gina Foster-Moumoutjis, Alexandra Espejo - DOI : https://doi.org/10.1016/j.ijosm.2020.01.002 - Obstacles et facilitateurs rencontrés par les ostéopathes dans la mise en œuvre d'un cadre de soins biopsychosocial (BPS) lors de la prise en charge des personnes souffrant de douleurs musculo-squelettiques - Un protocole de revue systématique des méthodes mixtes - Kesava Kovanur Sampath, Ben Darlow, Steve Tumilty, Warwick Shillito, Melissa Hanses, Hemakumar Devan, Oliver P. Thomson - DOI : https://doi.org/10.1016/j.ijosm.2020.01.001 - Un devoir de franchise : implications pour les ostéopathes australiens - Keri Moore - DOI : https://doi.org/10.1016/j.ijosm.2019.11.002 - Pratique réflexive pré-professionnelle : stratégies, perspectives et expériences - Gopi Anne McLeod, Brett Vaughan, Isabel Carey, Tess Shannon, Emma Winn - DOI : https://doi.org/10.1016/j.ijosm.2019.11.005 - La CIM-11 et les opportunités pour la profession d'ostéopathie - Kylie Fitzgerald, Brett Vaughan, Michael Fleischmann, Daniel Orchard - DOI : https://doi.org/10.1016/j.ijosm.2019.11.004 - « Racontez-moi votre histoire » - Comment les ostéopathes appliquent le modèle BPS lors de la prise en charge des lombalgies - Une étude qualitative - Monica Abrosimoff, Dévan Rajendran - DOI : https://doi.org/10.1016/j.ijosm.2019.11.006 - Prise en charge des troubles de la cervicalgie : une approche fondée sur la recherche - Chris Worsfold - DOI : https://doi.org/10.1016/j.ijosm.2019.10.001 - Raisonnement clinique dans les professions de la santé - Corina Breukel - DOI : https://doi.org/10.1016/j.ijosm.2019.10.002 Politique L'Ordre des Médecins épinglé par la Cour des Comptes Pour tous ceux qui veulent un ordre des ostéopathes lisez à tête reposée cet article du blog "DE LA MÉDECINE GÉNÉRALE, seulement de la médecine générale : http://docteurdu16.blogspot.com/…/trop-cest-trop-le-conseil… Édifiant et rien je dis bien RIEN ne garantit que le projet proposé par ceux-là n'ira pas un jour vers les mêmes dérives L'UPO réagit à l'article du Figaro Suite à l'article du Figaro du 6 janvier 2020 sur les manipulations cervicales et l'ostéopathie, l'UPO a publié un Communiqué de presse : Stop aux amalgames sur les manipulations cervicales Condamnation Un pseudo-ostéopathes de 62 agressions sexuelle (voir ici) a été condamné hier à deux ans d'emprisonnement dont 18 mois avec sursis. Il aurait également été inscrit au fichier des auteurs d'infractions sexuelles. Enfin il devra indemniser plusieurs de ses victimes, pour un montant total de 12 900 €. - Lire l'article de 20 minutes (16/01/2020) : Aveyron : Six mois de prison ferme pour le pseudo-ostéopathe, accusé de 62 agressions sexuelles Retraite des ostéopathes Retraite et justice pour tous les ostéopathes : @RetraitesOsteos et la page Facebook de Retraite et justice pour tous les ostéopathes : https://www.facebook.com/EgaliteRetraiteOsteopathes/ Lire le communiqué du syndicat des Kinés Alizé - Kinés (19/01/2019) : Notre analyse du courrier envoyé par le gouvernement aux représentants de la FFPS FNAE - La CIPAV condamnée par la Cour de cassation : les autoentrepreneurs satisfaits C'est un grand jour pour les 300 000 autoentrepreneurs affiliés à la CIPAV ! La Cour de cassation vient de rendre un arrêt historique favorable aux autoentrepreneurs. Pour rappel, c'est un autoentrepreneur guadeloupéen accompagné par le cabinet Pincent qui avait poursuivi sa caisse de retraite pour minoration systématique de ses droits de retraite. Devant une première condamnation de la CIPAV (cour d'appel de Versailles, 8 mars 2018), cette dernière s'est pourvue en cassation. La direction de la sécurité sociale avait fait une intervention volontaire, jugée irrecevable par la Cour de Cassation. La plus haute juridiction confirme donc les premiers jugements dans un arrêt du 23/01/2020. La CIPAV ne pourra donc plus minorer les pensions de retraite des autoentrepreneurs : dès lors qu'ils gagnent moins de 26.000 euros par an, ils acquièrent forcément 36 points par an. Cette régle repose sur un décret historique, qui n'a pas été modifié lors de la création du régime autoentrepreneur. En clair : l'Etat et la CIPAV ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes.... Lire l'article de la Fnae (23/01/2020) : La CIPAV condamnée par la Cour de cassation : les autoentrepreneurs satisfaits Francs Jeux - Village Olympique et Paralympique : signature d'un accord entre la SOLIDEO et les écoles Danhier Après plusieurs mois d'un travail partenarial étroit et grâce au soutien des collectivités territoriales – la Région Ile-de-France, l'établissement public territorial Plaine Commune et la Ville de Saint-Ouen-sur-Seine –, la SOLIDEO et les écoles Danhier ont signé vendredi 31 janvier un accord permettant le transfert des écoles d'Ostéopathie, de Masso-Kinésithérapie et de Pédicurie-Podologie, à proximité de leur implantation actuelle et en lisière du futur Village Olympique et Paralympique. L'objet de cet accord est de permettre l'installation de ces écoles dans un ensemble immobilier situé au 74/78 rue de Saint-Denis à Saint-Ouen-sur-Seine, acquis le 13 janvier 2020 par l'Etablissement public foncier d'Ile-de-de France (EPFIF) à la demande de la SOLIDEO, auprès de la société OGER International. Ce bâtiment de 7 000 m² nécessitera plusieurs mois de travaux afin d'accueillir les écoles Danhier dans les meilleures conditions dès la fin de l'année 2020. Lire la suite du communiqué de Francs Jeux (03/02/2020) : Village Olympique et Paralympique : signature d'un accord entre la SOLIDEO et les écoles Danhier Livres Patricia Blondiaux - Sclérose en plaques. Petites leçons de bonheur apprivoisé à l'usage de tous ceux qui veulent retrouver le sourire - Michalon 2020 Broché, 230 pages - Format : 13 x 20 cm - ISBN : 978-2841869374 - Prix : 18 € Descriptif Chacun peut être amené, au moins une fois dans sa vie, à traverser des épreuves plus ou moins graves. La maladie, qu'elle soit physique ou psychique, reste une inconnue douloureuse, sans doute la plus fréquente, peut-être celle qui rapproche le plus. Atteinte de la sclérose en plaques, Patricia Blondiaux a souhaité s'adresser à tous ceux qui, comme elle, souffrent de cette pathologie encore peu comprise. Comment composer avec son entourage, dont le regard change ? Doit-on faire le deuil de la personne que l'on était ? Faut-il apprendre à canaliser ses émotions, ou au contraire les extérioriser ? En s'appuyant sur les témoignages d'autres sépiens et sur sa propre expérience, Patricia Blondiaux délivre ses messages résolument positifs autour de thèmes égrainés comme autant de conseils à suivre, pour toujours rester « responsable du sourire des autres ». Et si on utilisait la maladie pour mieux vivre en acte comme en pensée ? Et si on se servait de la maladie pour avancer ? « Savoir faire face et tenir tête, non pas contre la maladie, mais avec elle. Le plus difficile est de se décider à agir – le reste n'est que ténacité. » Patricia Blondiaux apprend à vivre avec la sclérose en plaques depuis 2014. Elle s'est appuyée sur son parcours professionnel (mode et esthétique) pour réinventer la prise en charge de la maladie, et a notamment créé l'association acSEPte, qui rassemblait malades et aidants. Le livre chez l'éditeur : http://www.michalon.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=500678
  • 1er symposium du C.O.B.

    30 janvier, par Collège Ostéopathique de Bordeaux — Formations et stages, , , , , , , , , , ,
    Sommaire Présentation Programme Les Ateliers Tarifs Pratique La procréation ostéopathiquement assistée Présentation Les 6, 7 et 8 mars 2020 se déroulera le 1er symposium du collège ostéopathique de Bordeaux. En cette occasion nous avons choisi d'aborder les problématiques de fertilité chez l'homme et la femme. Sujet d'actualité, la procréation médicalement assistée étant en pleine expansion et au cœur de nombreux débats sociétaux. Dans ce contexte quelle est la place de l'ostéopathie ? A quelles problématiques peut-elle répondre ? Quels sont ses champs de compétences et ses limites ? Comment peut-elle trouver sa place dans les parcours fastidieux de la PMA ? Peut-on parler de procréation ostéopathiquement assistée ? Lire la suite... : Le mot des organisateurs Programme 8h00 : Accueil des participants 8h30 : Ouverture du 1er Symposium du Collègue Ostéopathique Bordelais par Mathieu Joyon, Directeur du Collège Ostéopathique Bordelais 1ère PARTIE : APPROCHE DE LA FERTILITÉ FÉMININE - Thème : l'approche gynécologique en ostéopathie, de Still à aujourd'hui - Renzo Molinari, Ostéopathe D.O. - Thème : apport de l'ostéopathie dans la prise en charge de l'infertilité - Geneviève Kermorgant, Ostéopathe D.O. - Thème : les causes de subfertilité féminine et les réponses proposées par la médecine aujourd'hui - Dr Bérangère Arnal, Gynécologue. - Thème : Endométriose, quelle approche en ostéopathie ? - Claudine Ageron Marque, Ostéopathe D.O. - Thème : la fécondité des concepts en ostéopathie - Bruno Ducoux, Ostéopathe D.O. 2ème PARTIE : CERVEAU PELVIEN ET APPROCHE DE LA FERTILITÉ MASCULINE - Thème : Axe cerveau-intestin-pelvis et sub fertilité - Nathalie Camirand, Ostéopathe D.O. - Thème : La douleur pelvienne chronique chez l'homme - Yun Kyung de Montebello, Ostéopathe D.O. - Thème : approche ostéopathique de la sub fertilté masculine - Daniel Brogan, Ostéopathe D.O. - Thème : Impuissance et troubles sexuels chez l'homme - Professeur Desgranchamps, Urologue. 3ème PARTIE : DIMENSION PSYCHOLOGIQUE DE LA SUBFERTILITÉ - Thème : énigmes du corps féminin et désir d'enfants. - Dr Catherine Vacher Vitasse, Gynécologue et psychanalyste - Thème : la dysfonction somato émotionnelle, ostéopathie et focusing - Dino Muzzi Ostéopathe D.O. - Conclusion par Renzo Molinari, Président d'honneur du congrès Les Ateliers Samedi 7 mars matin Kim de Montebello : « douleurs pelviennes chroniques » Claudine Ageron « approche ostéopathique de l'endométriose » Renzo Molinari « ostéopathie et obstétrique » Geneviève Kermorgant « abord de la sub fertilité féminine » Samedi 7 mars après-midi Nathalie Camirand : « approche artérielle spécifique du cerveau pelvien » Dino Muzzi : « approche somato émotionnelle de la sub fertilité » Daniel Borgan : « prise en charge de la fertilité masculine » Claudine Ageron : « approche ostéopathique de l'endométriose » Dimanche 8 mars matin Kim de Montebello : « douleurs pelviennes chroniques » Daniel Borgan : « prise en charge de la fertilité masculine » Renzo Molinari « ostéopathie et obstétrique » Bruno Ducoux « polarité et système neuro endocrinien en ostéopathie » Dimanche 8 mars après-midi Nathalie Camirand : « approche artérielle spécifique du cerveau pelvien » Dino Muzzi : « approche somato émotionnelle de la sub fertilité » Geneviève Kermorgant « abord de la sub fertilité féminine » Bruno Ducoux : « polarité et système neuro endocrinien en ostéopathie » Tarifs PASS 3 JOURS Tarif professionnel : 500 € Tarif étudiant : 400 € Le forfait pass 3 jours comprend l'accès à l'ensemble des conférences le vendredi 6 mars et 4 ateliers au choix le samedi 7 et le dimanche 8 mars. JOURNÉE DE CONFÉRENCES Tarif professionnel : 80 € Tarif étudiant : 50 € Le forfait journée de conférences comprend l'accès à l'ensemble des conférences le vendredi 6 mars. ATELIERS Tarif par atelier : 150 € Le forfait comprend la participation à 1 atelier (1/2 journée). Possibilité de participer 4 ateliers sur les journées de samedi 7 et dimanche 8 mars. Possibilité de réserver des prestations "à la carte" en dehors des formules proposées. Pour cela, réalisez votre inscription en plusieurs modules. Pratique Lieu 6 mars 2020 : Conférences - École INSEEC Bordeaux 7-8 mars 2020 : Ateliers - Collège Ostéopathique de Bordeaux Inscriptions https://rsvp.digitevent.com/#/1er1575993619705/accueil Voir en ligne : Collège Ostéopathique de Bordeaux
  • 6ième journée FédOsoli

    21 janvier, par FédOsoli — Formations et stages, ,
    Sommaire Présentation Informations pratiques Programme Du mouvement cellulaire aux flux migratoires Présentation Conférences, expressions artistiques (danse, concert, exposition), moments festifs composent ces journées qui s'adressent au grand public comme aux professionnels de la santé et du social. C'est à un double voyage auquel vous assisterez, celui d'une humanité en errance et celui d'une cellule diploïde qui devient vous. Le corps de son origine à sa mort est toujours en mouvement, il porte la vie, la vie intime et la vie sociale. Ces journées vont et viennent sur les aléas qui façonnent un corps. Venez vous joindre à nous, ce que nous osons traduire, pour ces journées, par ce cri de ralliement : Avance ton corps pour découvrir de nouvelles connaissances, vous ouvrir à d'autres horizons, vous cultiver, vous amuser et partager ensemble des moments conviviaux. Peut-être aussi, pour faire le voyage dont parle ce proverbe Touareg : Le voyage c'est aller de soi à soi en passant par les autres. Informations pratiques Date 27 et 28 Mars 2020 Lieu La Bellevilloise - 19-21 Rue Boyer - 75020 Paris France Inscriptions https://www.helloasso.com/associations/fedosoli/evenements/les-6emes-journees-fedosoli-les-corps-en-mouvement Les crises géopolitiques qui se multiplient à travers le monde obligent les migrations de populations, volontaires ou contraintes. Ces femmes et ces hommes victimes de traumatismes sentent leur organisme se modifier et leur corps s'altérer. Quel est l'impact de des migrations sur ces corps en mouvement ? Contact - Information Email : contactjourneesfedosoli6 chez gmail.com Programme VENDREDI 27 MARS 2020 12H30 : ACCUEIL Questions humanitaires et flux migratoire ? - Pierre Michelletti (Médecin, Vice-président Action contre la faim) Processus physiologique et neuropathologique du stress post-traumatique - Chantal Ropars (Psychologue-Ostéopathe) Santé mentale et parcours d'exil - Marie Caroline Saglio-Yatzimirski (Psychologue-Anthropologue) Prise en charge psychologique et ostéopathie des populations en exil - Association COMEDE, Laure wolmark (Psychologue), Zornitza Zlatanova (Psychologue), Marie Eckert (Ostéopathe) L'exil, quel impact sur la descendance ? - Maria Melchior (INSERM) Restituer l'intégrité physique des femmes excisées, un guerrissage chirurgical et psychologique - Ghada Hatem-Gantzer (Gynécologue-Obstétricienne) / Alain Epelboin (Ethnomédecin-Anthropologue CNRS) Intégration et migration, réflexion sur plusieurs générations - Stéphane Beaud (Sociologue) 19H00 : DINER - CUISINE DU MONDE 20H45 : SPECTACLE " Va voir là-bas si j'y suis " - Chorégraphe Thierry Thieu Niang / Atelier des Artistes en Exil SAMEDI 28 MARS 2020 09H00 : ACCUEIL Notre première migration - Olivier Ami (Gynécologue-Obstétricien) Les mouvements de l'architecture fibrillaire et cellulaire dans la matière vivante humaine observés par endoscopie intratissulaire peropératoire - Jean Claude Guimberteau (Chirurgien plasticien) Conception ostéopathique de l'art du mouvement - Bruno Ducoux (Ostéopathe) et Malo Richeux (Ostéopathe) 13H00 : DEJEUNER - CUISINE DU MONDE Le diaphragme, une frontière en migration - Marc Damoiseau (Ostéopathe) Le mouvement de l'Être - Soraya Melter (Psychologue-Énergéticienne) Art du soin et sagesse du corps - Yanis Constantinides (Philosophe) 19H00 : DINER - CUISINE DU MONDE 20H45 : CONCERT " 4 " Nouvel Album - Jim Murple Memorial
  • L'ostéopathie spécifique des bovins : "la totale en rurale"

    17 janvier — Formations et stages
    Formation du 25 au 27 février, organisée par Forcora, formation continue en ostéopathie animale, de 3 jours autour de Lisieux (Normandie 14) sur l'ostéopathie spécifique des bovins : "la totale en rurale" Nous avons mis en place cette formation avec l'idée de perfectionner l'approche dans le milieu rural. Notre envie est de transmettre des protocoles de diagnostic et de traitement, des connaissances techniques et pratiques, et de vous donner des clés dans la plupart des cas rencontrés en bovin (viande et lait). Cette formation s'adresse aussi bien aux élèves de fin de cursus , qu'aux ostéopathes diplômés.. Le niveau est destiné aux débutants, novices ou de niveau moyen, dans leur approche des bovins. Un stage de niveau supérieur est en préparation FORMATEURS** Méline Duval, ostéopathe diplomée ESAO spécialisée rurale. Justine Rasera Osteopathie Animale Auvergne et Haute savoie, ostéopathe diplomée CNESOA spécialisée rurale, inscrite sur le RNA, enseignante au CNESOA Pierre magnet ostéopathe animalier, ostéopathe diplomé CNESOA spécialisé rural.inscrit sur le RNA, enseignant au CNESOA PROGRAMME** Jour 1 théorie et pratique règles de Securité protocole d'approche et contention comment coucher une vache ou asseoir un veau contention de rééducation protocole de base en ostéopathie, palpation et diagnostic différentiel culture générale indispensable au travail bovin dans le monde rural pharmacopée Jour 2 théorie et pratique Importance, diagnostic et traitement du pied lumière sur les pathologies les plus récurrentes approche du veau et de ses problématiques (succion, de-rotulé etc..) l'ostéopathie en suivi de troupeau (cellules et reproduction) traiter durablement les mammites Jour 3 théorie et pratique Protocole et traitement ostéopathique de la vache couchée ostéopathie des fractures (savoir les reconnaitre, les analyser et les prendre en charge) approche de l'animal en luxation, diagnostic et intervention OBJECTIFS** se perfectionner avec des professionnels de l'ostéopathie bovine, pour être efficace dès le lendemain en consultation prendre connaissance de protocoles simples élaborés et testés sur le terrain élargir son champ d'action scolaire être préparé face à la réalité du terrain et de ses pathologies TECHNIQUES** Structurelles à bras de levier Tissulaires Fluidiques cranio sacrées réflexes SUPPORT** plusieurs troupeaux seront à disposition ( allaitantes et viande) support de cours avec encyclopédie photo des différentes lésions cours en salle théorique et pratique dans un rayon de 15km PRE-REQUIS** connaitre l'anatomie bovine prévoir 2 cotes OBLIGATOIRES (hygiene sanitaire) Bottes propres pédiluve à disposition DETAILS** 8h30/18h00 autour de lisieux 14100 prix : professionnels = 500€, étudiants = 450€ RESERVATION** 100€ non remboursable par virement place réservée à réception des arrhes envoyez un message sur cette page facebook ou par SMS à Inès Buisson 06 09 01 98 94